Avant l'annonce de sa candidature, Bruno Le Maire affiche ses parrainages de parlementaires dans la presse

Publié à 10h06, le 21 février 2016 , Modifié à 11h04, le 21 février 2016

Avant l'annonce de sa candidature, Bruno Le Maire affiche ses parrainages de parlementaires dans la presse
Bruno Le Maire © DOMINIQUE FAGET / AFP
Image Etienne Baldit


PRÊT FEU GO - Bruno Le Maire ne sera bientôt plus toujours-pas-candidat-mais-c'est-tout-comme-d'ailleurs-tout-le-monde-est-au-courant. C'est mardi 23 février lors d'un meeting à Vesoul que le député de l'Eure annoncera concrètement sa candidature à la primaire de la droite et du centre en vue de 2017. Mais s'il n'est toujours pas officiellement dans la course, l'ancien candidat à la présidence de l'UMP est plus avancé que tous les autres prétendants, du moins sur le papier. Il a en effet déjà tous les parrainages de parlementaires nécessaires pour concourir, et le fait savoir ostensiblement par voie de presse

Pour être candidat, chacun devra réunir un certain nombre de parrainages : 2.500 militants et 250 élus locaux, dont 20 parlementaires. Et non seulement Bruno Le Maire les a, mais il en a même plus qu'il n'en faut. Ainsi 31 députés et sénateurs LR et centristes signent-ils un appel à le soutenir, dans Le JDD dimanche 21 janvier. Une véritable démonstration de force puisque les prétendants ont jusqu'au mois de septembre pour obtenir les précieux soutiens... Le message est clair : Bruno Le Maire se déclare peut-être bien plus tard que François Fillon, Alain Juppé, Jean-François Copé, Hervé Mariton, Jean-Frédéric Poisson, Frédéric Lefebvre ou Nadine Morano (mais plus tôt que Nicolas Sarkozy ou Nathalie Kosciusko-Morizet), mais tout est prêt de son côté. Quitte à mettre un tantinet la charrue avant les boeufs...

Les signataires de cet appel à soutenir "BLM" sont :

19 députés > Damien Abad (Ain), Yves Albarello (Seine-et-Marne), Olivier Carré (Loiret), Alain Chrétien (Haute-Saône), Claude de Ganay (Loiret), Antoine Herth (Bas-Rhin), Yves Jégo (Seine-et-Marne), Philippe Le Ray (Morbihan), Gilles Lurton (Ille-et-Vilaine), Jacques Pélissard (Jura), Bérengère Poletti (Ardennes), Didier Quentin (Charente-Maritime), Laure de la Raudière (Eure-et-Loir), Franck Riester (Seine-et-Marne), Arnaud Robinet (Marne), Fernand Siré (Pyrénées-Orientales), Dominique Tian (Bouches-du-Rhône), Charles de la Verpillière (Ain), Jean-Sébastien Vialatte (Var).

12 sénateurs > Gérard Bailly (Jura), Gérard Cornu (Eure-et-Loir), Nicole Duranton (Eure), Jean-Paul Emorine (Saône-et-Loire), Benoît Huré (Ardennes), Corinne Imbert (Charente-Maritime), Hervé Maurey (Eure), Colette Mélot (Seine-et-Marne), Patricia Morhet-Richaud (Hautes-Alpes), Cyril Pellevat (Haute-Savoie), Robert del Picchia (Français établis hors de France), Michel Raison (Haute-Saône).

On notera l'absence remarquée, dans cette liste, du député Thierry Solère, l'un de ses principaux soutiens mais aussi président du comité d'organisation de la primaire. Déjà critiqué pour sa "partialité" par Hervé Mariton ou Nadine Morano, l'élu des Hauts-de-Seine a prévu de ne pas participer aussi ouvertement à la campagne de la primaire. Il apportera cependant bien évidemment son parrainage à son champion, mais pas par le biais d'un appel public.

Ces 31 "parrains" écrivent :



En tant que parlementaires, nous désirons prendre part activement au processus de désignation du candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle de 2017. Ainsi, nous souhaitons que Bruno Le Maire soit candidat à la primaire de l’alternance des 20 et 27 novembre 2016 pour qu’il devienne le prochain Président de la République.

[...] La situation de notre pays ne peut pas nous laisser indifférents. Ne nous résignons pas [référence au livre à paraître de Bruno Le Maire, ndlr] et portons un candidat d’expérience, attaché à la richesse de nos territoires et aspirant à redonner confiance à notre jeunesse. Aussi, à nous de renouer avec l’espoir, de redonner du sens à notre destin commun. Nous comptons sur vous pour nous rejoindre aux côtés de Bruno Le Maire et réinventer ensemble la France.

Avis aux autres candidats.

Début février déjà, 98 élus locaux avaient pris position pour la candidature de Bruno Le Maire.







[BONUS TRACK] Vous allez voir ce que vous allez voir

Le cas de Nathalie Kosciuko-Morizet semble à ce sujet agiter un certain nombre d'esprits chez Les Républicains. Ainsi Dominique Bussereau, qui a récemment annoncé son soutien à Alain Juppé, estime auprès du JDD : "Pour Nathalie, ça va être compliqué, à moins qu'elle deale avec tel ou tel pour qu'il lui apporte les parrainages en échange d'un soutien au deuxième tour." Réponse de l'intéressée aux sceptiques, toujours dans les colonnes de l'hebdomadaire :



Ils pourraient bien être surpris du résultat. Que certains la jouent au mépris, ce n'est pas nouveau...


À LIRE SUR LE LAB :

Où l’on apprend que Bruno Le Maire exagère carrément en racontant que son père ne l’aime pas

Jean-François Copé propose malicieusement à Bruno Le Maire de le rallier pour la primaire

TUTO - Sept manières d'annoncer sa candidature à la primaire

Du rab sur le Lab

PlusPlus