Avant leur éventuelle exclusion, LR a décidé de "bloquer" les cotisations des ministres LR et de Thierry Solère

Publié à 11h51, le 01 juillet 2017 , Modifié à 11h53, le 01 juillet 2017

Avant leur éventuelle exclusion, LR a décidé de "bloquer" les cotisations des ministres LR et de Thierry Solère
Daniel Fasquelle. © AFP

Le grand schisme de la droite, c’est peut-être pour bientôt. Car si les députés LR sont déjà séparés en deux groupes parlementaires distincts à l’Assemblée nationale, divisés en LR canal historique et un groupe des "Constructifs", le parti va bientôt prendre des sanctions contre ces "traîtres" - comme les a qualifié par exemple l’ex-député parisien Philippe Goujon.

C’est ce qu’on apprend dans un confidentiel du Figaro de ce samedi 1er juillet. C’est via le porte-monnaie que LR a décidé d’agir contre ceux que le parti considère comme des dissidents qui se sont exclus d’eux-mêmes de leur famille politique, tout comme les ministres du gouvernement issus de LR.

Ainsi Daniel Fasquelle, trésorier du parti réélu député en juin, a-t-il décidé de "bloquer les prélèvements automatiques" des ministres Edouard Philippe, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin au 1er juin. D’autres élus LR Macron-compatibles comme Sébastien Lecornu, nommé secrétaire d’Etat auprès de Nicolas Hulot le 21 juin, ou Thierry Solère, qui a récupéré un poste de questeur au nez et à la barbe d’Éric Ciotti, connaîtront pareil sort le 1er juillet.

Les autres élus "constructifs" ont droit à un peu de répit. "On leur accorde un délai", confie Daniel Fasquelle qui veut croire que "certains sont en train de faire machine arrière".

Cependant, l’exclusion formelle d’une partie d’entre eux - qui devrait accélérer la recomposition de la droite – ne sera débattue au sein d’un bureau politique de LR que le 11 juillet. Cette perspective et menace d’exclusion "n’inquiète pas du tout" d’ailleurs Thierry Solère.

Du rab sur le Lab

PlusPlus