Axelle Lemaire confesse avoir voulu quitter le gouvernement à cause de la loi renseignement

Publié à 12h07, le 16 juin 2015 , Modifié à 12h07, le 16 juin 2015

Axelle Lemaire confesse avoir voulu quitter le gouvernement à cause de la loi renseignement
Axelle Lemaire à l'Assemblée nationale © JOEL SAGET / AFP

Sachez-le : au gouvernement, Christiane Taubira n'est pas la seule à avaler de grosses couleuvres. Sa collègue du numérique, Axelle Lemaire aussi. L'adoption de la loi renseignement a été l'occasion pour elle d'appliquer à la lettre le précepte de Jean-Pierre Chevènement : "un ministre, ça ferme sa gueule ; si ça veut l'ouvrir, ça démissionne."

La secrétaire d'État au Numérique a bien failli choisir la deuxième option. Cité par Mediapart, lundi 16 juin, Axelle Lemaire confesse à des députés qu'elle a failli claquer la porte du gouvernement. Elle dit :  

"

J'ai fait la bonne élève mais je me suis posé la question de ma démission tous les jours.

 

"

Au final, Axelle Lemaire a préféré se taire et resté au gouvernement plutôt que de dire tout le mal qu'elle pense d'un texte dont elle a été la caution numérique. Car si, comme le souligne Mediapart, Axelle Lemaire s'est discrètement battue, "elle a perdu nombre d’arbitrages".

À l'époque, elle disait à des journalistes placer ses espoirs dans le débat parlementaire. Elle confiait :

"

J'ai apporté ce que je pouvais apporter. J'aime mieux faire bouger le texte de l'intérieur que de le critiquer de l'extérieur.

 

"

Experte des droits de l'homme – elle a été secrétaire nationale du PS aux droits de l'homme – Axelle Lemaire n'appréciait sans doute pas certaines mesures inscrites dans le projet de loi renseignement. Parmi celles faisant polémique, il y a la mise en place d'un algorithme destiné à analyser les données échangées sur Internet. Un sujet qui concerne Axelle Lemaire au premier chef et qui a un tantinet énervé les acteurs du secteur. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus