Axelle Lemaire étrille la création "en douce par le ministère de l'Intérieur" du mégafichier des Français

Publié à 06h24, le 07 novembre 2016 , Modifié à 20h03, le 07 novembre 2016

Axelle Lemaire étrille la création "en douce par le ministère de l'Intérieur" du mégafichier des Français
Axelle Lemaire © JOEL SAGET / AFP

COUAC COUAC - C'est au beau milieu d'un week-end de quatre jours qu'a été publié au Journal Officiel, le dimanche 30 octobre, un décret du gouvernement créant un fichier regroupant les données personnelles de quasiment tous les Français. Imaginez donc : une seule base les données regroupant l'identité, la couleur des yeux, le domicile, la photo, les empreintes digitales, etc. des détenteurs d'un passeport et d'une carte d'identité nationale. Et tout cela a donc été instauré en catimini pendant le week-end de la Toussaint.

Voilà qui n'est du goût d'Axelle Lemaire. La secrétaire d'État chargée du Numérique dénonce la mise en place de ce fichier baptisé TES, pour Titres électroniques sécurisés. Citée par L'Opinion ce lundi 7 novembre, Axelle Lemaire dit :

"

Ce décret [créant le fichier TES, NDLR] a été pris en douce par le ministère de l'Intérieur, un dimanche de la Toussaint, en pensant que ça passerait ni vu ni connu. C'est un dysfonctionnement majeur.

"

L'actuel locataire de la place Beauvau, Bernard Cazeneuve, devrait fort logiquement apprécier les propos d'Axelle Lemaire qui, donc, le met directement en cause. Et la secrétaire d'État de pointer du doigt, notamment, les risques de piratage d'un tel fichier de données. "Je vais en parler au Président, mais croyez-vous que je pèse, face au ministre de l'Intérieur, au garde des Sceaux et au Premier ministre… ?", ajoute-t-elle.

Si elle n'est pas reçu par le Président, deux solutions s'offre à Axelle Lemaire. Elle pourra toujours faire passer le message à des journalistes qui ne manqueront pas d'en informer François Hollande lors d'un entretien. Elle pourra également tenter de se laisser convaincre par Jean-Vincent Placé sur le sujet. Jeudi 3 novembre, dans l'émission .pol le Lab / Linternaute.com / le JDD / Huffington Post, le secrétaire d'État à la Simplification a avancé des arguments pour le moins étranges afin de défendre ce projet : 1) De toute façon, les fichiers sont tous hackés ; 2) De toute façon (bis), Facebook et Google ont déjà nos données...

 

[EDIT 13h] Selon RTL, le cabinet d'Axelle Lemaire a été prévenu par le ministère de l'Intérieur le 28 octobre au sujet du fichier TES.

[EDIT 18h55] Bernard Cazeneuve a assuré que le mégafichier regroupant les données personnelles des Français a été mis en place "dans la transparence" et que tous les ministres concernés avaient été informés. Dans une lettre au président du Conseil national du numérique (CNNum), organe consultatif qui a demandé le suspension de ce fichier controversé, le ministre de l'Intérieur écrit que le "projet de décret" de ce fichier a "respecté les étapes du travail interministériel" et qu'il y a eu "débat".

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus