Azouz Begag veut rendre le vote obligatoire pour ne plus entendre Nadine Morano

Publié à 17h59, le 15 mars 2016 , Modifié à 14h55, le 11 avril 2016

Azouz Begag veut rendre le vote obligatoire pour ne plus entendre Nadine Morano
© BORIS HORVAT / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


J’AI LA SOLUTION - Azouz Begag n’est visiblement pas un grand fan de la députée européenne LR Nadine Morano. Alors qu’il a rencontré mardi 15 mars la nouvelle secrétaire d’Etat à l’Egalité réelle, Ericka Bareigts, Azouz Begag avance quelques idées pour gommer les inégalités. Dans les colonnes du journal L’Opinion ce mardi, il se prononce notamment en faveur de la méthode des quotas "pour faire passer la diversité aux forceps".

L’ancien ministre délégué à la Promotion de l’égalité des chances de 2005 à 2007, dans le gouvernement de Dominique de Villepin, est également pour "le vote obligatoire avec sanctions financières, comme au Brésil ou en Belgique". L'objectif est clair : faire davantage participer les quartiers aux élections. Azouz Begag y voit d’ailleurs une conséquence plutôt insolite. Il dit dans L’Opinion :

Si tout le monde vote, Nadine Morano ne pourra plus monter sur scène pour parler de race blanche.

Invitée sur le plateau de On n’est pas couché le 26 septembre dernier, Nadine Morano avait déclenché une vive polémique en déclarant que "la France est un pays de race blanche". Privé de candidature aux élections régionales en Meurthe-et-Moselle, Nadine Morano avait pour autant refuser de retirer ses propos.





[BONUS] Dans les colonnes du quotidien L’Opinion, Azouz Begag pointe également du doigt le manque de diversité en politique. Il dit :

Il y a aujourd’hui en France dix millions de Français issus du monde musulman : ils ont deux représentants à l’Assemblée nationale, les députés Razzy Hammadi et Malek Boutih, trois sénatrices sur 348, cinq maires sur 36 000, et ils représentent 50% de la population carcérale.

Du rab sur le Lab

PlusPlus