Barbara Pompili dénonce le refus de Nicolas Hulot d'entrer au gouvernement

Publié à 18h56, le 04 février 2016 , Modifié à 19h00, le 04 février 2016

Barbara Pompili dénonce le refus de Nicolas Hulot d'entrer au gouvernement
Barbara Pompili à la tribune de l'Assemblée nationale © BERTRAND GUAY / AFP

#HULOTDÉMISSION - L'exécutif lui avait fait un pont d'or : la perspective d'un "super ministère", un rang protoclaire de numéro 2 du gouvernement, voire la promesse de l'arrêt du projet d'aéroport de Notre-Dame-Des-Landes... Mais rien n'y a fait : Nicolas Hulot a refusé d'entrer au gouvernement, jeudi 4 février.

Et cette décision déçoit profondément Barbara Pompili. La députée écolo, co-présidente du groupe EELV à l'Assemblée, s'est émue de ce refus, sur Twitter. "Invoquer [l'] urgence écologique et refuser [les] responsabilités pour y faire face ?", écrit-elle, sceptique. Avant de dénoncer les supposées ambitions présidentielles de l'ancien présentateur d'Ushuaïa :

 

"

2016 abandonné pour... quoi en 2017 ?

"

Façon de dire qu'il aurait été plus écolo d'agir concrètement dans l'instant, plutôt que de courir derrière d'un éventuel avenir politique personnel.

Barbara Pompili est de longue date favorable au retour des écologistes au gouvernement, après leur départ décidé par Cécile Duflot au moment de la nomination de Manuel Valls à Matignon. Comme François De Rugy et Jean-Vincent Placé, la députée de la Somme avait quitté EELV, critiquant la ligne trop à gauche du parti. Elle a depuis créé son propre mouvement, "Nouvelle Ère".

Julien Bayou, porte-parole d'EELV situé sur la ligne politique opposée, s'est quant à lui réjoui de la décision de Nicolas Hulot :

Du rab sur le Lab

PlusPlus