Pénélope Fillon : Benoît Hamon propose qu’un parlementaire ne puisse plus embaucher un membre de sa famille

Publié à 08h44, le 25 janvier 2017 , Modifié à 08h46, le 25 janvier 2017

Pénélope Fillon : Benoît Hamon propose qu’un parlementaire ne puisse plus embaucher un membre de sa famille
© Montage Le Lab via France 2

L’affaire fait beaucoup de bruit depuis mardi soir. Le Canard Enchaîné daté du mercredi 25 janvier révèle que l’épouse de François Fillon, Pénélope, a été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari ou du suppléant de celui-ci, ainsi que par la Revue des deux mondes. Pénélope Fillon aurait perçu environ 500.000 euros brut entre 1998 et 2007 puis en 2012, sur les caisses parlementaires.

Invité de France 2 ce mercredi, Benoît Hamon a rebondi sur la polémique en proposant qu’un parlementaire ne puisse tout simplement plus embaucher un membre de sa famille. Le candidat finaliste à la primaire de la Belle Alliance Populaire avance que cela permettrait davantage de "clarté" :

 

"

Je pense qu’il y a une réponse assez claire à faire à cela, c’est qu’il faut que tout parlementaire n’ait plus le droit d’embaucher ni un enfant, ni son cousin, ni un parent, ni sa femme. Voilà, il faut une frontière étanche entre ces fonctions-là et les moyens qu’ils donnent comme employeur de ne pas employer quelqu’un. Si on fait cela, ça contribuera à mettre un peu de clarté sur ces questions-là. Ce serait beaucoup plus simple.

 

"

L’embauche de proches comme assistant parlementaire est une pratique légale et relativement répandue à l’Assemblée comme au Sénat. Chaque parlementaire dispose d’une enveloppe (de 9.561 euros en 2016) destinée à rémunérer jusqu’à cinq collaborateurs à temps partiel. Mais Pénélope Fillon est soupçonnée d’avoir bénéficié d’un emploi fictif.

Bruno Le Maire avait, lui, reconnu une "erreur de parcours" après avoir rémunéré son épouse Pauline Doussau de Bazignan comme assistante parlementaire pendant six ans, alors qu’elle rédigeait principalement des posts de blog.

Du rab sur le Lab

PlusPlus