Benoit Hamon relance l’idée d’une primaire de toute la gauche, de Macron à Mélenchon

Publié à 19h45, le 08 septembre 2016 , Modifié à 20h33, le 08 septembre 2016

Benoit Hamon relance l’idée d’une primaire de toute la gauche, de Macron à Mélenchon
Benoît Hamon. © Captures d'écran iTélé.

La primaire socialiste a mis du temps à se mettre en place. A l’origine, le PS voulait organiser une primaire de TOUTE la gauche. Mais le cavalier seul de Jean-Luc Mélenchon et la décision d’EELV de faire sa propre primaire ont douché cet espoir.

Candidat déclaré à la primaire de la Belle alliance populaire (celle du PS et du PRG en gros), Benoît Hamon relance cette idée d’un scrutin interne à toute la gauche française pour n’avoir qu’un seul candidat en lice au premier tour de l’élection présidentielle en 2017. Une primaire allant d’Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon. Invité de iTélé ce jeudi 8 septembre, l’ancien ministre de l’Education nationale de François Hollande explique :

 

"

Heureusement qu’il va y avoir Macron et moi dans cette présidentielle, ça va mettre un peu d’air. (…) J’aimerais qu’Emmanuel Macron se présente à des primaires (SIC). Et j’aimerais que tous les candidats qui se disent de gauche se présentent à des primaires de gauche (SIC).

"

Son idée, qui était celle de départ de ceux qui souhaitaient une primaire élargie de toute la gauche (ou de toutes les gauches) : c’est l’unique solution pour que la gauche ait un candidat qui dépasse le premier tour de l’élection présidentielle. Autrement dit, c’est, selon Benoît Hamon, l’unique solution donc pour éviter un second tour en 2017 entre la droite et l’extrême droite, soit un nouveau 21 avril. Il poursuit ainsi, croyant fermement qu'il n'existe pas "deux gauches irréconciliables", comme le pense Manuel Valls :

"

Pour quelle raison ? Aujourd’hui, le scénario qui se prépare, avec François Hollande, Jean-Luc Mélenchon et qui que ce soit d’autre qui se présenterait au premier tour de l’élection présidentielle, c’est une gauche tellement fragmentée qu’aucun de ceux-là n’est qualifié pour le second tour des élections présidentielles (SIC). Si on fait une primaire de gauche, nous sommes certains d’avoir un candidat au second tour de l’élection présidentielle. Probablement face à Marine Le Pen.

"

"Tout ceci est possible car quand on regarde ce que les uns et les autres disent sur l’Europe, sur le modèle de développement, sur la question sociale et le travail. Sur toutes ces questions, on n’est pas si loin que ça", assure le député PS des Yvelines.

Au regard des derniers sondages qui confortent l’hypothèse d’un duel LR-FN au second tour en 2017, un proche de Benoît Hamon avait déjà relancé cette idée de primaire élargie, le 6 septembre dans les colonnes du Figaro. "Avec ce résultat, nous devons reconsidérer la possibilité d'une primaire de toute la gauche. Sinon, vu notre faiblesse, c'est suicidaire", jugeait ainsi Guillaume Balas.

Cependant, cette primaire de l’ensemble de la gauche parait improbable. Il semble ainsi compliqué de convaincre Jean-Luc Mélenchon de participer à une primaire dans laquelle il y aurait François Hollande ou Manuel Valls et/ou Emmanuel Macron. Tout comme il semble difficile aujourd’hui de convaincre EELV de faire machine arrière. Un vœu pieux en somme.

Du rab sur le Lab

PlusPlus