Bernard Debré : Valérie Trierweiler est "méchante", "grotesque", "jalouse"

Bernard Debré : Valérie Trierweiler est 'méchante', 'grotesque', 'jalouse'
Bernard Debré, député de Paris, le 28 janvier 2012 (Maxppp)
Image Le Lab

Par Anthony Rivat
pour

"Vous avez réussi, par vos bavardages, à ébranler la campagne électorale et à ridiculiser la France" : candidat aux législatives à Paris, Bernard Debré en avant la "méchanceté" de Valérie Trierweiler, ainsi que son "attitude grottesque" et sa "jalousie".

  1. 1

    "Vous déservez la France"

    Sur http://www.bernarddebre.fr

    Vous ne la supportez pas, taraudée par la jalousie. Après le ridicule de "embrasse moi sur la bouche" que, semblait-il, vous aviez prononcé, voici maintenant la trahison !

    En effet, de quoi vous mêlez-vous en soutenant Monsieur Falorni qui, au demeurant, reste très sympathique ?

    Vives attaques de Bernard Debré, député de la 15e circonscription de Paris contre la première dame, Valérie Trierweiler. Il condamne sa "jalousie" envers Ségolène Royal et l’accuse de tenter "d’entraver la carrière" de François Hollande" :

    Vous avez non seulement desservi la France où vous n’avez aucun rôle à jouer même si vous avez accompagné François Hollande dans ses voyages officiels à l’étranger, mais vous avez desservi le président de la Républiqueélu par une attitude grotesque de femme jalouse qui se mêle de politique pour entraver la carrière de son ami ou compagnon.

    Il explique le tweet de soutien de la première dame à Olivier Falorni par son rejet de l’ancienne compagne de François Hollande :

    Vous imaginiez, dans vos rêves les plus épouvantables, dans les cauchemars les plus terribles, les cérémonies officielles présidées par François Hollande obligatoirement accompagné par Ségolène Royal, en tant que quatrième personnage de l’État.

    Vous cauchemardiez à l’idée de voir ces grands dîners à l’Elysée, ces dîners officiels où votre place était équivoque, alors que Ségolène, rayonnante, aurait été proche de votre ami par la grâce du protocole.

    Il ponctue cette lettre ouverte par une attaque au couple présidentiel :

    Ce petit tweet de rien du tout a été le révélateur, Madame, d’un malaise que les Français n’osaient pas admettre, qui mélange la faiblesse du président de la République et la méchanceté de sa compagne.

Du rab sur le Lab