Bienvenue en 2018 : le ministre de l'Intérieur tweete une blague sur un éditorialiste qui fait le poirier à la télé

Publié à 12h57, le 03 janvier 2018 , Modifié à 13h27, le 03 janvier 2018

Bienvenue en 2018 : le ministre de l'Intérieur tweete une blague sur un éditorialiste qui fait le poirier à la télé
© Capture d'écran Twitter
Image Etienne Baldit


EST-CE QUE CE MONDE EST SÉRIEUX ? - Nous sommes le 3 janvier 2018 et le niveau de malaise politico-médiatique annuel est déjà incroyablement élevé. Jugez plutôt à l'aune de cette phrase que personne de sensé n'a jamais dû imaginer écrire un jour : le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a posté un tweet pour se moquer gentiment de l'éditorialiste Christophe Barbier, qui de son côté fait l'actualité pour avoir fait le poirier en direct sur le plateau de BFMTV.

Oui.

Voici ce qu'il nous a été donné de voir sur nos timelines à la mi-journée ce mercredi :





Une réaction à ceci, qui était déjà très gênant :





Une "performance" qui a fait l'objet de nombreux articles de presse et poursuivie ensuite dans la rédaction de L'Express et documentée en images, toujours sur Twitter.







Oui. Bienvenue en 2018. Et courage. Nous n'avons rien à ajouter.

Ah si, tout de même : on ne l'avait pas pleinement réalisé jusqu'ici, mais Gérard Collomb est sans doute le personnage le plus malaisant du gouvernement, voire de la politique française (même Nadine Morano n'est plus au niveau, c'est dire). Souvenez-vous de la fois où le premier flic de France avait insisté pour se faire prendre en photo avec un couple de jeunes mariés malaisiens au cours d'une sortie à Montmartre. Et aussi de son anecdote venue de nulle part à propos de Laurent Gerra et des poulets de Bresse. Ou encore de sa demande d'entrevue avec Stéphane Bern après un tweet de l'animateur télé (et "monsieur patrimoine" de Macron) favorable à Laurent Wauquiez. Mais également de la fois où il avait très sérieusement expliqué qu'Emmanuel Macron avait d'ores et déjà "révolutionné le monde". Et puis du jour où il a raconté que ses filles ont beaucoup boudé parce qu’il ne les avait pas emmenées à l’école pour la rentrée. Une liste sans doute amenée à s'allonger à l'avenir...



Du rab sur le Lab

PlusPlus