Bruno Julliard sur le livre de Lorànt Deutsch : "Pas de quoi fouetter un chat"

Publié à 20h17, le 10 juillet 2012 , Modifié à 21h03, le 10 juillet 2012

Bruno Julliard sur le livre de Lorànt Deutsch : "Pas de quoi fouetter un chat"
Bruno Julliard, le 19 octobre 2011. (MaxPPP)
Image Paul Larrouturou

Par

"Pas de quoi fouetter un chat". C'est la réponse de Bruno Julliard, nouveau délégué à la culture de Bertrand Delanoë, mardi soir sur France 3, aux "amis"élus du Parti de Gauche qui critiquent le livre "Métronome, l'Histoire de France au rythme du métro parisien"(Michel Lafon), le best-seller de Lorànt Deutsch.

Mercredi, le groupe PCF-Parti de gauche, qui le juge "orienté idéologiquement", va formuler un vœu devant le Conseil de Paris pour demander à la Ville de cesser d'en faire la promotion.

  1. 1

    "C'est vrai qu'il y a quelques approximations [...] mais pas de quoi fouetter un chat."

    Sur lelab.europe1.fr

    Première interview pour Bruno Julliard, élu lundi adjoint au maire chargé de la culture par le Conseil de Paris. Invité du 19-20 de France 3, celui qui est aussi conseiller du ministre de Vincent Peillon, ministre de l'Education Nationale, est invité à réagir à la volonté du Front de Gauche de demander à la Ville d'arrêter de faire la promotion du livre de Lorànt Deutsch :

    Je trouve cette polémique un petit peu excessive. Je trouve normal que mes amis du Front de Gauche soient vigilants.Là il s'agit d'un livre qui n'a pas vocation à être un manuel d'histoire. [...]C'est vrai qu'il y a quelques approximations, peut-être même quelques erreurs, mais pas de quoi fouetter un chat.Il faut être vigilant mais aussi ouvert.

     

    Une intervention destinée à Alexis Corbière, conseiller de Paris et secrétaire national du Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon. L'élu d'extrême gauche reproche à Lorànt Deutsch d'être "nostalgique de l’Ancien Régime et de la monarchie".

    L'acteur lui a répondu par médias interposés : 

    Je veux bien débattre de mon livre avec des historiens mais pas avec des militants politiques.

Du rab sur le Lab

PlusPlus