Bruxelles : Bruno Le Roux maintient son tweet mais assure qu'il "n'avait pas connaissance des attentats" lorsqu'il l'a publié

Publié à 11h20, le 22 mars 2016 , Modifié à 12h59, le 22 mars 2016

Bruxelles : Bruno Le Roux maintient son tweet mais assure qu'il "n'avait pas connaissance des attentats" lorsqu'il l'a publié
Bruno Le Roux © AFP
Image Etienne Baldit


C'est une tempête de réactions indignées qui s'abat sur Bruno Le Roux. Mardi 22 mars, moins d'une heure après les attentats qui ont frappé Bruxelles, le patron des députés socialistes a publié ce tweet estampillé récupération politicienne :





Une référence à l'impasse dans laquelle se trouve le débat sur la déchéance de nationalité entre le Sénat (à majorité à droite et favorable à une limitation de la mesure aux binationaux) et l'Assemblée nationale (qui a adopté une version étendue aux mononationaux, ouvrant la voie à la création d'apatrides). Ce mardi après-midi, le Sénat doit voter définitivement sur le projet de révision constitutionnelle. 

Depuis la publication de ce tweet, le député de Seine-Saint-Denis est donc violemment pris pour cible tant par la droite que par son propre camp, à l'image de l'eurodéputé socialiste Guillaume Balas et du député PS Yann Galut. Mais l'intéressé maintient ses propos, comme le relaie la journaliste d'iTélé Camille Langlade en fin de matinée. Cette dernière cite également Bruno Le Roux, qui assure qu'il "n'avait pas connaissance des attentats" au moment de la rédaction du tweet en question :





Dans le détail, Bruno Le Roux a déclaré :

Quand j'ai dit cet élément-là, je n'avais pas encore connaissance des attentats qui avaient lieu à Bruxelles. Et je jugeais ce qui se passait cet après-midi au Sénat par rapport à la menace qui existe. Et à la lumière de ces attentats, j'ai dit ma solidarité, ma compassion, mais je n'enlève rien à la responsabilité qui doit être la nôtre.

La primaire de la droite et les jeux qui se jouent au Sénat ne sont pas à la hauteur de ce qu'attendent les Français et de la responsabilité que nous devons avoir pour protéger nôtre pays. Nous avons besoin de cette révision constitutionnelle et je ne pourrais pas comprendre qu'elle soit bloquée.

De fait, et malgré une impressionnante avalanche de critiques, Bruno Le Roux n'a pas supprimé le post en question. 





À LIRE SUR LE LAB :

Explosions à Bruxelles : Bruno Le Roux attaque immédiatement "la droite sénatoriale qui bloque la révision constitutionnelle"

Du rab sur le Lab

PlusPlus