Budget des armées : un général dénonce "l’amateurisme" du gouvernement

Publié à 10h16, le 14 juillet 2017 , Modifié à 10h39, le 14 juillet 2017

Budget des armées : un général dénonce "l’amateurisme" du gouvernement
Image Sébastien Tronche


Aucun "tabou". En annonçant le 11 juillet les économies budgétaires de chaque ministère, Gérald Darmanin a montré qu’aucun ministère ne serait épargné. Pas même celui des armées. Ce qui a fortement agacé le chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, vite recadré par Emmanuel Macron le 13 juillet. Mais, malgré la promesse d’une augmentation du budget de la Défense en 2018, plusieurs hauts-gradés se sont insurgés contre les économies demandées à la Grande muette.

Grande muette, vraiment ? Pas toujours.

Invité d’Europe 1 ce vendredi 14 juillet, le général Vincent Desportes a fustigé "l’amateurisme" de cette annonce gouvernementale juste avant la fête nationale et le traditionnel défilé militaire sur les Champs-Elysées :

Cette affaire est une maladresse profonde. Le problème de fond, c’est probablement un problème de tenue du gouvernement. Cette annonce n’aurait jamais dû être faite avant le 14 juillet. Donc on est bien dans une maladresse. Est-ce qu'on est devant de l'incompétence ? Peut-être bien. De l'amateurisme ? Très probablement !

"J’en veux quand même un peu au président de la République. Il a dit aux militaires qu’il respecterait les contraintes humaines et matérielles", poursuit ce général de division de l’armée de terre, également professeur associé à Sciences Po qui soutient le coup de gueule du chef d’état-major. Ce dernier avait pesté devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, assurant qu’il ne se laisserait pas "baiser". "Il ne s’agit pas d’une grogne", défend Vincent Desportes qui ajoute :

Quand le chef état-major demande qu’on ne vole pas aux armées 850 millions d’euros, les Français doivent savoir qu’il ne se préoccupe pas des armées mais de la défense de la France. (…) Il sait que ces 850 millions d'euros retirés vont avoir des conséquences immédiates sur la préparation des armées, l'arrivée de nouveaux équipement, etc. (…) On retire à la défense de la France, en permanence, des masses budgétaires. Nous pensions avoir un nouveau président, et l'on reprend les vieilles manières ; c'est à dire que, quand on ne sait pas faire, on considère les armées comme une variable d'ajustement.

Le général ne mâche pas non plus ses mots contre la ministre des Armées, Florence Parly, qui a tenté de justifier le recadrage du chef d’état-major par Emmanuel Macron, la qualifiant de "trop faible" :

Qui peut défendre les militaires et les armées ? Ce n’est probablement pas notre ministre qui, quelles que soient ses énormes qualités, est surement beaucoup trop faible aujourd’hui, qui ne connait pas ce ministère. Il faut bien que le militaire en chef fasse valoir son point de vue. Le rôle du chef d’Etat-major des armées c’est de le dire. Il est garant du présent et du futur des armées pour la défense des Français.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Devant les armées, Emmanuel Macron juge "pas dignes" les critiques sur le budget de la Défense 

> Comment la ministre des Armées justifie le gros recadrage du chef d’état-major par Emmanuel Macron  

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Général Vincent Desportes : "Les promesses du président sont tout à fait insuffisantes"  

> Défense : Macron balaie les critiques et promet 34,2 milliards d'euros en 2018  

> Déficit : le plan de Gérald Darmanin pour économiser 4,5 milliards 

Du rab sur le Lab

PlusPlus