Cambadélis sur la déchéance et la réforme constitutionnelle : "C'est du bricolage"

Publié à 21h24, le 03 février 2016 , Modifié à 21h26, le 03 février 2016

Cambadélis sur la déchéance et la réforme constitutionnelle : "C'est du bricolage"
Jean-Christophe Cambadélis © AFP

BOÎTE À OUTILS - Plus le débat se prolonge, et plus on se demande comment il pourra bien se terminer. Même Stéphane Le Foll, pourtant généralement stoïque porte-parole du gouvernement, semble proche du nervous breakdown. La déchéance de nationalité occupe les esprits politiques depuis plus de deux mois. Et alors que le débat s'ouvre à l'Assemblée nationale vendredi, les positions des uns et des autres sont loin d'être arrêtées.

Certains à droite ont récemment affirmé que, finalement, ils ne voteraient pas la réforme constitutionnelle, qui comprend aussi la constitutionnalisation de l'état d'urgence. À gauche, la question de la binationalité et de l'apatridie continue de provoquer de sérieux remous. Et au milieu de tout ça, François Hollande se débat. Pour s'extirper par le haut de ce pataquès qu'il a lui-même créé, le chef de l'État tente de donner des gages à chacun pour s'assurer de son vote en faveur de cette révision de la Constitution.

Ce qui, de l'aveu même de Jean-Christophe Cambadélis, relève du "bricolage". Invité de l'émission Questions d'Info (Le Monde, LCP, France Info, AFP) mercredi 3 février, le patron du PS l'a admis :

"

- France Info : On a l'impression d'un immense bricolage quand même. On donne un petit peu à la droite en élargissant [la déchéance] aux délits graves, on donne un petit peu à la gauche en disant 'pas de binationaux'... Ça fait vraiment bricolage à la fin.



- Jean-Christophe Cambadélis : Mais c'est du bricolage ! C'est du bricolage. Pourquoi ? Mais pour une raison toute simple : si vous voulez avoir la majorité des 3/5èmes [au Congrès, ndlr], il faut que des hommes et des femmes qui se combattent sur tous les sujets, qui assument des valeurs différentes, soient d'accord sur cette révision constitutionnelle. Donc ça veut dire qu'il faut essayer de faire rentrer l'édredon dans la petite valise.

"

Et pour ce genre de travail de pro, François Hollande a bien évidemment sa célébrissime "boîte à outils". Bien que cette fois, le bidouillage semble mettre *un peu* de temps à produire ses effets...



Mais bon, tout cela n'enlève pas au Premier secrétaire du PS son optimisme. "Je pense que ça sera voté en première lecture" à l'Assemblée, assure ainsi "Camba", qui promet :

 

"

À gauche ça sera majoritaire, ça sera ultra-majroitaire dans le parti socialiste.

"

Ambitieux. Surtout lorsque l'on sait que les pronostics politiques de Jean-Christophe Cambadélis ne sont pas toujours super fiables... 



À LIRE SUR LE LAB :

Déchéance de nationalité : droite et gauche doutent de la tenue du Congrès pour réviser la Constitution

VIDÉO - Tensions entre Stéphane Le Foll et la presse, sur fond de "déchéance pour tous"

Du rab sur le Lab

PlusPlus