Ce moment où Gilbert Collard n’exclut pas de soutenir Emmanuel Macron s’il fait "du bon boulot"

Publié à 07h10, le 08 mai 2017 , Modifié à 07h16, le 08 mai 2017

Ce moment où Gilbert Collard n’exclut pas de soutenir Emmanuel Macron s’il fait "du bon boulot"
© PHILIPPE DESMAZES / AFP

Marine Le Pen ne sera pas Présidente ni Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre. La présidente-en-congé-du-FN a perdu l’élection présidentielle, dimanche 7 mai, face à Emmanuel Macron. Et pourtant, l’heure n’est pas forcément à la déprime au FN, même si Marion Maréchal-Le Pen a bien reconnu une "déception" et qu’Axel Loustau (proche de la candidate malheureuse) s’en est pris aux "15% de crétins" qui n’ont pas voté pour le parti frontiste.

Avec ses presque 34%, le FN veut désormais représenter "la première force d’opposition", comme l’a annoncé Marine Le Pen dans son discours de défaite. Mais Gilbert Collard livre cette précision totalement inattendue : ne comptez pas sur lui pour incarner l’opposition bête et méchante qui consisterait à dire, dans un réflexe pavlovien, que tout ce que fait Emmanuel Macron est nul. Voici ce qu’il déclare dans un entretien au Parisien ce lundi :

 

"

- Journaliste : Qu’avez-vous envie de lui dire après sa victoire ?



- Gilbert Collard : Faites du bon boulot et on vous soutiendra !



- Journaliste : C’est du second degré ?



- Gilbert Collard : Pas du tout. Si vraiment il défend le pays et les Français, il m’aura à ses côtés. S’il ne le fait pas, ce que je crains, ce sera non.

"

 

"Parce que j’ai à cœur l’intérêt supérieur du pays, j’ai souhaité [à Emmanuel Macron] de réussir face aux immenses défis auxquels la France est confrontée", avait encore déclaré Marine Le Pen dimanche soir.

Difficile de croire qu’à l’issue d’une campagne où tout a opposé Emmanuel Macron au Front national, les élus frontistes trouveront quoi que ce soit à dire de bien du nouveau Président. Gilbert Collard se défend a minima de faire preuve de mauvaise foi. Mais peut-être nous prend-il encore une fois pour des cons ?

Du rab sur le Lab

PlusPlus