Ce sénateur divers droite qui explique tranquillement qu'un binational a mille fois plus de chances d'être radicalisé qu'un "Français de souche"

Publié à 16h36, le 22 mars 2016 , Modifié à 17h58, le 22 mars 2016

Ce sénateur divers droite qui explique tranquillement qu'un binational a mille fois plus de chances d'être radicalisé qu'un "Français de souche"
Jean-Louis Masson © Capture d'écran Twitter
Image Sylvain Chazot


Le vote sur le projet de loi de réforme constitutionnelle a lieu ce mardi 22 mars au Sénat, forcément dans une ambiance particulière après les attentats perpétrés à Bruxelles.

Si la séance de questions au gouvernement, à l'Assemblée nationale, s'est déroulée dans un calme imposé par les circonstances, les explications de vote à la chambre haute n'ont pas eu cette chance. Après avoir copieusement hué Bruno Le Roux qui, un peu plus tôt dans la matinée, avait critiqué l'attitude de la droite sénatoriale dans un tweet ô combien polémique, les sénateurs ont eu l'occasion d'entendre l'analyse de Jean-Louis Masson sur la déchéance de nationalité.

En séance, l'élu de Moselle a tout simplement expliqué que les binationaux avaient plus de chances, si on en croit les chiffres, de se radicaliser que les "Français de souche", selon l'expression chérie par l'extrême droite. Le sénateur divers droite qui se disait à l'automne dernier "hostile à l’immigration pour des raisons conjoncturelles et structurelles" a déclaré :

On peut faire  des statistiques. Si on fait des statistiques, on se rend compte qu’un binational a mille fois plus de chance qu'un 'Français de souche' d'être un extrémiste radical.

On ignore d'où viennent ces chiffres mais avec une telle démonstration, on comprend que Jean-Louis Masson défende la déchéance de nationalité, mais uniquement pour les binationaux alors que l'Assemblée nationale avait voté cette mesure pour tous les Français. Parce que le monsieur a des chiffres.

Mais peut-on vraiment être surpris de ces propos ? En octobre 2015, Jean-Louis Masson avait déjà expliqué que les enfants issus de l'immigration aujourd'hui "ne sont pas les premiers de la classe", contrairement à ce qu'il passait quand la France accueillait "des Polonais, des Italiens, des Portugais" et des gens "venus du Sud-Est asiatique".

Il avait ajouté :

Tout à l’heure, on nous a dit que l’immigration avait conduit à des gens qui étaient de très bons Français, des Français remarquables. C’est vrai : Necker, Madame Curie, etc. C‘étaient des Français remarquables. Simplement, j’aurais aimé que la liste continue. Mohamed Merah, Amedy Coulibaly, ce sont les terroristes aujourd’hui ! L’immigration d’aujourd’hui, ce sont les terroristes de demain !


« L’immigration d’aujourd’hui, ce sont les...par publicsenat

Du rab sur le Lab

PlusPlus