Ces propositions de Vincent Peillon qui étaient déjà des promesses de François Hollande en 2012

Publié à 12h34, le 03 janvier 2017 , Modifié à 12h54, le 03 janvier 2017

Ces propositions de Vincent Peillon qui étaient déjà des promesses de François Hollande en 2012
François Hollande et Vincent Peillon en 2012 © PATRICK KOVARIK / POOL / AFP

Vincent Peillon n'a pas dormi pendant trois jours après l'annonce du renoncement de François Hollande. Le coup était rude. L'ancien ministre de l'Éducation nationale s'inquiétait de l'état du système politique français. Et puis Vincent Peillon a réfléchi et si l'actuel chef de l'État décidait de ne pas se représenter en 2017, c'est donc lui qui irait à sa place.

Le candidat à la primaire de la Belle Alliance Populaire a présenté ce mardi 3 janvier les grands axes de son programme présidentiel. Et force est de constater que le néo-ambitieux s'est *un peu* inspiré de l'actuel Président. Plusieurs propositions de Vincent Peillon étaient, en effet, des promesses de campagne de François Hollande en 2012.

 

#Le droit de vote des étrangers

Véritable marotte de la gauche depuis des décennies, le droit de vote des étrangers aux élections locales était la proposition n°50 du candidat Hollande en 2012.


Vincent Peillon propose la même chose : il veut "inscrire dans notre Constitution le droit de vote aux élections locales des étrangers non communautaires résidant en France depuis plusieurs années".



 

#5.000 policiers et gendarmes en plus

En 2012, dans sa proposition n°53, François Hollande s'engageait à créer "chaque année, 1.000 poste supplémentaires pour la justice, la police et la gendarmerie".


Eh bien Vincent Peillon propose la même chose, sauf que le candidat est plus précis et annonce d'emblée que 1.000 postes par an durant 5 ans, cela fait 5.000. "5.000 gendarmes et policier supplémentaires seront recrutés dans le quinquennat", indique-t-il.


 

#La proportionnelle à l'Assemblée

Comme le droit de vote des étrangers, l'introduction d'une dose de proportionnelle à l'Assemblée nationale est une promesse de longue date de la gauche. En 2012, il s'agissait de la proposition n°48 du candidat socialiste.


Vincent Peillon promet à son tour d'introduire la proportionnelle intégrale à l'Assemblée nationale. "Je propose que l'Assemblée nationale soit élue au scrutin proportionnel dans les grandes régions", indique-t-il afin, notamment, de favoriser la parité entre hommes et femmes à la chambre basse.


 

Selon un proche du candidat, interrogé par le Lab, il s'agira des 13 régions métropolitaines et de l'outre-mer.

 

#La part du nucléaire

En 2012, François Hollande s'engageait à réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité en France de 75 à 50% d'ici 2025. C'était sa proposition n°41.



Vincent Peillon est dans la même lignée. "Je respecterai notre engagement de réduire la part du nucléaire à 50 % de la production d’électricité à l’horizon 2025", indique-t-il.

 

#Supprimer la Cour de justice de la République

"Les ministres sont des citoyens comme les autres (…) Ils n'ont pas besoin d'une protection particulière", avait déclaré le candidat Hollande le 6 février 2012, à l'occasion  d'une réunion publique à Paris. En 2014, au Monde, le Président s'engageait une nouvelle fois à supprimer cette juridiction d'exception. Ce qui n'a jamais été fait.

Le cas Christine Lagarde a relancé le débat sur l'existence de la CJR. L'ancienne ministre de l'Économie a été déclarée "coupable" mais "dispensée de peine", en décembre dernier, dans l'affaire de l'arbitrage Tapie de 2008. Vincent Peillon entend mettre fin à cette juridiction d'exception. "Il est plus que temps de supprimer la Cour de Justice de la République", écrit-il dans son projet


 

#L'accès à la PMA

En 2012, lors d'un entretien au magazine Grazia, le candidat Hollande s'engageait : "une femme doit pouvoir y recourir [à la procréation médicale assistée], soit parce qu’elle ne peut pas avoir d’enfant, soit parce qu’elle ne souhaite pas avoir une relation avec un homme."

L'accès à la PMA pour les couples de femmes homosexuelles n'a jamais été inscrit dans la loi. Vincent Peillon veut changer cet état de fait et veut ouvrir "aux couples de femmes l'accès à la PMA" au nom de "l'égalité des droits".


 

[BONUS TRACK] Et pas de QG non plus ? 

Non content de reprendre certaines propositions de François Hollande en 2012, Vincent Peillon est prêt à imiter l'ancien candidat jusque dans certains détails. Il n'est ainsi pas du tout sûr que l'ancien ministre de l'Éducation nationale ait un QG de campagne. Interrogé par le Lab ce mardi, un proche du candidat justifie ce choix :

 

"

Hollande a gagné la primaire de 2011 sans en avoir un.

 

"

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus