Incertitude autour de l'intégration de Charles Millon à l’équipe de campagne de François Fillon

Publié à 20h52, le 12 mars 2017 , Modifié à 13h32, le 13 mars 2017

Incertitude autour de l'intégration de Charles Millon à l’équipe de campagne de François Fillon
© THOMAS SAMSON / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier

Victor Dhollande-Monnier

C’est un sacré come back dans la famille politique de la droite. Selon les informations de C Politique, l’émission hebdomadaire de France 5, ce dimanche 12 mars, Charles Millon va rejoindre la nouvelle équipe de campagne de François Fillon, qui sera dévoilée la semaine prochaine.

[Edit 13 mars] Lors d'une conférence de presse ce lundi 13 mars, François Fillon a assuré que "Charles Millon n'a jamais fait partie de mon organigramme de campagne, jamais". Pourtant, il semble bien que l'intéressé soit sur un organigramme de la société civile que s'apprête (s'apprêtait ?) à dévoiler le candidat de la droite cette semaine.

Cet ancien ministre de la Défense de Jacques Chirac est surtout connu pour avoir pactisé avec l’extrême droite. Alors qu’il était à l’UDF, Charles Millon avait accepté les voix du Front national aux élections régionales de 1998 en Rhône-Alpes. Pour avoir franchi le Rubicon, il avait été immédiatement exclu par son propre parti. Et depuis ce jour, il a toujours été considéré comme persona non grata à droite. Dernière preuve en date en 2008, où il s'est présenté aux élections sénatoriales sans recevoir le soutien de l’UMP (et terminé en troisième position).

Mais avec François Fillon, le passé appartient au passé. Et toute personne susceptible de l’aider est bonne à prendre. Depuis quelques semaines, ce ralliement était pressenti à droite. Et pour cause, Charles Millon avait participé au meeting d’Aubervilliers puis affronté la pluie lors du rassemblement au Trocadéro. Ses efforts ont donc été récompensés.

Si ce ralliement devrait faire grincer quelques dents à droite, il contentera au moins Charles Beigbeder, très proche de Charles Millon. Le conseiller de Paris s’était récemment félicité que le QG de campagne de François Fillon soit "épuré" des éléments perturbateurs. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus