Christian Estrosi justifie le sondage testant sa personnalité payé par la région : "Ça peut permettre des dizaines de millions d'économie"

Publié à 10h28, le 03 mars 2016 , Modifié à 10h28, le 03 mars 2016

Christian Estrosi justifie le sondage testant sa personnalité payé par la région : "Ça peut permettre des dizaines de millions d'économie"
Christian Estrosi © BORIS HORVAT / AFP
Image Sylvain Chazot


C'est un petit sondage de rien du tout payé par la région Provence-Alpes-Côte d'Azur après la victoire de Christian Estrosi aux régionales. Révélée par Mediapart samedi 27 février, cette enquête CSA s'intéresse à "l'image de Christian Estrosi en personne, son envergure nationale et même le positionnement politique que le nouveau patron de la région aurait intérêt à adopter". Cela n'a pas manqué *d'étonner* la première adversaire du nouveau président de région, Marion Maréchal-Le Pen. "Cette utilisation des finances de la région […] ne nous apparaît ni morale, ni peut-être même légale", commentait la députée FN du Vaucluse sur Facebook, lundi 29 février.

Invité de France Inter ce jeudi 3 mars, Christian Estrosi passe donc de longues minutes à défendre cette enquête. C'est lui-même qui introduit le sujet. Défendant l'organisation d'une conférence régionale où siégeraient les socialistes de la région, le président de PACA évoque "un sondage qui a un peu fait parler de lui de manière surprenante". Que dit cette enquête sur le sujet ? "83% [des habitants de PACA] trouvent que c'est une bonne chose que je permette à tous ceux qui ne siégeront pas à la région pendant six ans de pouvoir débattre", lance Christian Estrosi.

On devine donc l'axe de défense choisi par Christian Estrosi : certes, le sondage CSA à un coût mais les informations qu'il délivre sont importantes. Car, précise-t-il, seulement cinq questions sur 25 concernent sa propre personne. La suite de son argumentaire est tout aussi claire : ce sondage sera amorti par les économies qu'il permettra de réaliser

Il dit :

L'essentiel des questions c'est quoi ? C'est la propriété pour les habitants de Provence-Alpes-Côte d'Azur. Développement économique et emploi ? 54% [qui en font un priorité, ndlr]. Apprentissage et  formation professionnelle ? 33%. Sécurité ? 23%. La protection de l'environnement ? 22%. Les transports ? 18%. Vous ne pensez pas que ce sont autant de sujets qui sont utiles pour que je ne dépense pas d'argent public dans des domaines qui ne sont pas des domaines prioritaires pour la population mais qui, au contraire, me permettent d'être aujourd'hui éclairé parfaitement sur ces orientations ? […] Ça peut permettre des dizaines de millions d'économie.

CQuant aux questions sur sa personnalité, Christian Estrosi, après avoir rappelé que "ce marché public a été passé en 2012 par monsieur Vauzelle", renvoie la responsabilité aux instituts de sondage. "C'est leur questionnaire, ce sont eux qui les définissent. Ce n'est pas moi qui les définit, commente-t-il.

Ce qui ne l'empêche pas d'apprécier les résultats car, dit-il, cela lui permet de savoir que sa personnalité "répond aux exigences qui sont celles de [ses] administrés. Sortons donc la calculette : le sondage comptant 25 questions et chaque question coûtant 900 euros, précise Christian Estrosi, la région PACA a dépensé 22.500 euros pour cette enquête.

Et puis en plus, Christian Estrosi rappelle que Michel Vauzelle n'était pas non plus très économe :



Quand on pense que mon prédécesseur dépensait 150.000 euros chaque année pour avoir un stand à la fête de l'Huma, à Paris. Vous pensez que c'était plus utile ? 

Lundi, Marion Maréchal-Le Pen annonçait avoir saisi "la déontologue du Conseil régional" pour obtenir "un dossier complet de cette enquête ainsi que sa facture".

Du rab sur le Lab

PlusPlus