Christian Estrosi dénonce les "propos polémiques et déplacés" de Martine Aubry à son encontre

Publié à 07h54, le 10 août 2016 , Modifié à 09h42, le 10 août 2016

Christian Estrosi dénonce les "propos polémiques et déplacés" de Martine Aubry à son encontre
Christian Estrosi. © AFP

CLASH - Ce début du mois d’août semble être propice aux règlements de comptes entre politiques. Après les passes d’armes entre Christiane Taubira et Manuel Valls sur les prisons ou entre le duo Eric Ciotti- Guillaume Larrivé et Jean-Jacques Urvoas sur les centres de rétention, c’est au tour de Christian Estrosi de répliquer à l’attaque à son encontre proférée par Martine Aubry.

Dans une lettre ouverte adressée à la maire de Lille datée du 8 août, et dont BFM TV a eu connaissance, le président LR de la région PACA et premier adjoint à la mairie de Nice écrit "regretter" les "propos polémiques et déplacés" de l’ancienne patronne du PS et assure ne pas "accepter (ses) leçons de morale".

Ces propos ? Une petite phrase balancée par Martine Aubry alors qu’elle se justifiait sur l’annonce de l’annulation de la braderie de Lille pour raisons de sécurité. Un "je ne suis pas monsieur Estrosi. Je prends mes responsabilités" qui est bien évidemment resté en travers de la gorge de l’intéressé.

Dans sa missive, Christian Estrosi lui rappelle par ailleurs la lettre de soutien envoyée par l’édile socialiste après l’attentat de Nice du 14 juillet dans laquelle elle témoignait de "son émotion et son effroi". Puis enchaîne d’une petite anaphore pour se dédouaner, lui qui avait mis en cause le gouvernement après l’acte terroriste engendrant une polémique avec Manuel Valls :

"

Fallait-il ajouter, pour justifier une décision prise en réalité par le préfet de région, 'c'est une responsabilité morale et moi je ne suis pas Monsieur Estrosi' ? Fallait-il affirmer, pour justifier la fin de l'Etat d'urgence décidée par le Président de la République le 14 Juillet à midi, 'c'est une responsabilité morale et moi je ne suis pas Monsieur Estrosi' ?

"

Et Christian Estrosi de s’interroger, en retournant la situation :

"

Auriez-vous pris la même décision si aucun attentat n'était survenu dans ma Ville le 14 juillet ?

"

On attend désormais la réponse de Martine Aubry à la réponse de Christian Estrosi. To be continued ?

Voici la lettre envoyée par Christian Estrosi à Martine Aubry dans son intégralité :

Du rab sur le Lab

PlusPlus