Christian Jacob déclare la guerre aux jeans à l’Assemblée nationale

Christian Jacob déclare la guerre aux jeans à l’Assemblée nationale
Le jean de Valérie Pécresse. Photographie d'une page du Parisien, lundi 4 février.

FASHION POLICE – En siégeant tout le week-end, nuits comprises, sur le mariage homosexuel, les députés ont pris quelques libertés vestimentaires. Comme Valérie Pécresse, venue à l’Assemblée nationale en jean. Ce qui a eu le don d'agacer Christian Jacob.

 
  1. 1

    "Beaucoup de remontées en ce sens"

    Mardi 5 février au matin, en conférence des présidents, Christian Jacob, le patron des députés UMP, est intervenu sur le sujet des tenues vestimentaires des députés, déplorant que certains soient ainsi venus en jeans dans l’hémicycle.

    Comme en atteste une photo parue dans Le Parisien, lundi 4 février, l'ancienne ministre Valérie Pécresse est en effet venue dans l'hémicycle en jean gris, samedi 2 février.

    Christian Jacob assume cette intervention sur un sujet qui a, selon son entourage contacté par le Lab, "choqué beaucoup de députés et spectateurs".  Et d’assurer également qu’il ne visait "personne". 

    Nous avons eu beaucoup de remontées dans ce sens là.

    Le bras droit de Jean-François Copé a ainsi voulu "pousser la question jusqu’à l’absurde" et demandé à savoir ce qu’il adviendrait le jour où un député arriverait en séance en jeans et tongs.

    "Une allusion", dixit François de Rugy, qui a beaucoup fait rire le député écolo, présent à la conférence des présidents et auteur en 2008 d’une proposition revenant sur l’obligation pour les députés hommes de porter la cravate dans l’enceinte du Palais Bourbon.

    Si lorsqu’il présidait l’Assemblée, Jean-Louis Debré avait fait sortir de l’hémicycle une députée dont il jugeait la jupe trop courte, l’actuel locataire du perchoir, Claude Bartolone a, pour l’instant, fait savoir que les règles n’étaient pas écrites.

    En effet, comme l’expliquait notre éditorialiste Olivier Duhamel, lundi 4 février, l’Assemblée nationale a réglementé la tenue vestimentaire des hommes. Mais pas celle des femmes. Car, explique-t-il, "aucun texte d’aucune sorte ne réglemente la tenue vestimentaire des députées dans l’hémicycle".

    En revanche, la tenue des hommes est encadrée par le Bureau de l’Assemblée nationale, qui a précisé lors de sa réunion du 14 octobre 1981 suite à la venue du député Jack Lang en col Mao et sans cravate :

    Une tenue correcte est exigée, elle suppose le port d’une cravate et d’un veston.

     

Du rab sur le Lab