Christiane Taubira, accro à la littérature, raconte qu'elle ne dormait qu'une heure quand elle était ministre

Publié à 16h54, le 02 juillet 2017 , Modifié à 14h23, le 26 décembre 2017

Christiane Taubira, accro à la littérature, raconte qu'elle ne dormait qu'une heure quand elle était ministre
Christiane Taubira, ancienne ministre de la Justice. © DOMINIQUE FAGET / AFP
Image Loïc Le Clerc


OVERDOSE - Christiane Taubira est une femme de lettres. Ses nombreuses envolées parlementaires l'ont démontré à plusieurs reprises. Citant à l'envi René Char, Aimé Césaire ou Léon-Gontran Damas.

Mais ce que l'on sait (un peu) moins, c'est que la littérature est pour l'ancienne garde des Sceaux une véritable drogue. Au JDD, ce dimanche 2 juillet, elle avoue que c'est sa mère qui l'a rendu accro :



C’est ma maman qui, très tôt, m’a donné le goût de lire. Elle rapportait constamment des livres et des revues à la maison.

Puis, Christiane Taubira raconte comment, tout juste nommée ministre de la Justice en 2012, elle a commencé une désintoxication (forcée). Elle ne tiendra qu'une soixantaine de jours, avant de replonger. Un retour à la littérature trop violent, au point d'en faire un malaise. À la question "Depuis, vous ne vous êtes jamais arrêtée de lire ?", elle rétorque :



Deux mois seulement, en arrivant à la chancellerie en 2012. Je n’avais plus le temps, je rentrais tous les soirs à 23 heures avec des dossiers pour travailler. Une après-midi, j’ai dit à mon cabinet que j’en avais assez de tout ça. J’ai pris mon vélo, je suis allée dans une librairie du boulevard Saint-Germain et je suis ressortie avec deux gros sacs remplis. La nuit suivante, j’ai enfin recommencé à lire, en plus du reste. C’est d’ailleurs peu de temps après que j’ai fait un malaise lors d’un discours à Bordeaux. Je dormais une heure par nuit à cette époque.

Bel exemple pour la jeunesse.

Du rab sur le Lab

PlusPlus