Collard flingue Philippot : "Il parle pour tuer, ce qui n’est pas acceptable en démocratie"

Publié à 17h48, le 04 janvier 2017 , Modifié à 17h52, le 04 janvier 2017

Collard flingue Philippot : "Il parle pour tuer, ce qui n’est pas acceptable en démocratie"
Gilbert Collard © PHILIPPE DESMAZES / AFP
Image Etienne Baldit


BANG BANG - Gilbert Collard est rarement le dernier lorsqu'il s'agit de sortir un *bon* mot, un jeu de mots à la qualité douteuse et autres joies oratoires qu'offre le statut d'homme politique. Auteur d'un fameux Dictionnaire de la langue de con, le député (RBM) du Gard et avocat de profession en connaît donc un rayon en rhétorique.

Il s'avère aussi que Gilbert Collard, qui n'a pas sa carte au Front national mais c'est tout comme, n'est pas le plus grand admirateur de Florian Philippot : lorsqu'il en ressent la nécessité, le député n'hésite pas à afficher publiquement ses désaccords avec le numéro 2 du parti et éminence grise de Marine Le Pen. En toute logique, il est donc encore plus virulent en privé.

Preuve en est donnée dans cet article du journal suisse Le Temps, publié mardi 3 janvier. Nos confrères "grillent" cette confidence de Gilbert Collard faite en "off" il y a quelques jours, au sujet de Florian Philippot :



Il parle pour tuer, ce qui n’est pas acceptable en démocratie.

Un commentaire illustrant les divisions au FN sur l'affaire "Farid Fillon" : le vice-président du parti ne les condamne pas au nom de "la liberté d'expression", ce en quoi il "se méprend" d'après Gilbert Collard, qui pour sa part juge ces attaques envers le candidat LR à la présidentielle "pas correctes, pas convenables".

Le verbe "tuer" est utilisé ici au sens figuré, mais il traduit la violence des propos de Florian Philippot tels que les ressent Gilbert Collard. Surtout, le député trouve que cette attitude n'a pas sa place en démocratie. Et nous parlons bien de deux personnes du même bord politique.

Tout va donc toujours aussi bien au Front national, ce parti qui répète qu'il n'y a "pas de divisions" en son sein.

Du rab sur le Lab

PlusPlus