Comme le faisait François Hollande, Edouard Philippe réunit chaque semaine les ténors de la majorité

Publié à 06h55, le 19 juillet 2017 , Modifié à 06h55, le 19 juillet 2017

Comme le faisait François Hollande, Edouard Philippe réunit chaque semaine les ténors de la majorité
Edouard Philippe. © AFP
Image Sébastien Tronche


SAME SAME BUT DIFFERENT - Dans l’exercice du pouvoir, Emmanuel Macron semble avoir une ligne directrice depuis son élection à l’Elysée : faire l’inverse de ce que faisait François Hollande. Le chef de l’Etat ne parle pas aux journalistes – ou très peu et sur des sujets qu’il choisit -, investit à bloc le côté monarchique de la 5e République et tente d'éviter les couacs de com' qui ont miné le précédent quinquennat. Bref, il veut être l’anti-Hollande, l’anti-président "normal".

Mais d’un quinquennat à l’autre, toutes les habitudes n’ont pas été jetées aux oubliettes. Et c'est du côté du Premier ministre qu'il faut regarder. Ainsi Edouard Philippe conserve-t-il un rituel hebdomadaire de François Hollande : celui de réunir chaque semaine les ténors de la majorité. Ce n’est donc plus à l’Elysée que cela se passe mais à Matignon, comme l’a révélé BFMTV le 18 juillet.

Les ténors de la majorité présidentielle se retrouvent donc chaque mardi matin dans l’antre du Premier ministre afin d’accorder leur violon sur la petite musique présidentielle à dérouler durant la semaine. S’y retrouvent, autour d’Edouard Philippe, le ministre des Relations avec le Parlement et proche d’Emmanuel Macron, Christophe Castaner, le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy ainsi que les patrons des groupes parlementaires qui composent la majorité, Richard Ferrand et Marc Fesneau pour les groupes LREM et Modem de l’Assemblée ainsi que François Patriat, pour le tout jeune groupe LREM du Sénat.

Comme le note BFMTV, "en revanche, le rendez-vous qu'avait instauré François Hollande les lundi soir avec tous les représentants de la majorité est lui escamoté".

Un peu de la méthode Hollande donc, mais pas trop non plus.

Du rab sur le Lab

PlusPlus