Comment Bruno Le Maire minimise ses critiques contre Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle

Publié à 16h29, le 28 mai 2017 , Modifié à 16h29, le 28 mai 2017

Comment Bruno Le Maire minimise ses critiques contre Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle
Bruno Le Maire. © AFP
Image Sébastien Tronche


Jusqu’au moment où il a lâché François Fillon, alors mis en examen dans le cadre du Penelope Gate, Bruno Le Maire était fort critique envers la candidature d’Emmanuel Macron. Mais ça, c’était avant de lui faire des offres de service et d’être finalement nommé ministre de l’Economie du gouvernement d’Edouard Philippe.

Dans le JDD ce dimanche 28 mai, celui qui traite de "traîtres" ceux qui, dans son camp, l’accusent de "trahison" revient sur ces moments où il disait tout le mal qu’il pensait du futur chef de l’Etat. Pour Bruno Le Maire, ces propos étaient liés au contexte électoral et ne reflétaient pas vraiment sa pensée profonde. Ainsi assure-t-il aujourd’hui :

Des propos de campagne.

Bon, bah ça va alors, si c’était des "propos de campagne". Pour rappel, "BLM" expliquait que l’ancien ministre de l’Economie de François Hollande n’était "pas novateur", "socialiste" et "sans conviction". Mais il ne le pensait pas vraiment, minimise-t-il aujourd’hui.

Et que pense-t-il aussi du fait de participer au même gouvernement que François Bayrou ? Car, à l’automne 2016, le député LR de L’Eure ne voyait pas la majorité de demain avec le président du Modem. Bien vu, encore une fois. Mais c’étaient sûrement encore "des propos de campagne" à un moment où François Bayrou faisait figure d’épouvantail au sein de l’électorat de droite.

Mais si on ne peut plus dire n’importe quoi pendant une campagne électorale…

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Une "phrase" sortie de son "contexte" : comment Castaner minimise les positions anti-mariage pour tous de Darmanin 

Du rab sur le Lab

PlusPlus