Comment Daniel Vaillant tente un hold-up sur l'investiture PS aux législatives à Paris

Publié à 16h34, le 08 décembre 2016 , Modifié à 16h42, le 08 décembre 2016

Comment Daniel Vaillant tente un hold-up sur l'investiture PS aux législatives à Paris
© ERIC FEFERBERG / AFP

Il n’en démord pas. Daniel Vaillant veut finalement coûte que coûte se présenter aux élections législatives dans la 17e circonscription de Paris, (comprenant une partie du 18e arrondissement et du 19e). La candidature du député socialiste sortant âgé de 67 ans n’a pourtant pas été déposée à temps et donc forcément pas enregistrée. Et pour cause : Daniel Vaillant pensait à la base se présenter aux sénatoriales. Du coup, une seule candidature a été enregistrée, celle de Colombe Brossel, jeune adjointe au maire d’Anne Hidalgo chargée de la Sécurité.

Qu’à cela ne tienne : Daniel Vaillant et ses proches vont se présenter avec leurs propres bulletins ce jeudi 8 décembre de 17 heures à 22 heures, lors du vote des adhérents socialistes de cette circonscription. Joint par Le Lab, l’ancien ministre PS élu député en 1988 explique la raison de son passage en force, évoquant la "démocratie" interne :

 

 

"

Pour que la démocratie puisse s’exercer, il vaut mieux qu’il y ait deux bulletins de vote. La fédération de Paris n’a pas voulu éditer de bulletins à mon nom donc je l’ai fait. On les distribuera aux électeurs ou on les mettra sur la table, on verra. S’il y a une majorité de bulletins en ma faveur, il faudra en tenir compte. Si c’est Colombe Brossel, j’en tiendrai compte. Cela s’appelle la démocratie à l’intérieur d’un parti pour qui j’ai beaucoup donné.

"

Faire pression sur un scrutin, drôle de conception de la démocratie pour un ancien ministre de l’Intérieur. Pas sûr toutefois que la fédération socialiste de Paris l’accepte car ses bulletins seront de toute façon classés comme nuls. "Si je suis interdis, ça sera une décision d’apparatchik", prévient pourtant ce hollandais. 

Une candidature aux législatives ne faisait pourtant pas partie de son plan initial. Daniel Vaillant visait en effet le poste de sénateur sur la liste PS à Paris. Un accord préalable noué avec la fédération de Paris début novembre avait permis de laisser la voie libre à Colombe Brossel aux législatives en échange d’une place éligible de l’ex-ministre, la troisième, sur la liste aux sénatoriales de 2017.

Dommage pour lui, l’ancien ministre a toutefois finalement été écarté de la liste aux sénatoriales au profit du sénateur sortant David Assouline, qui briguait lui aussi cette place éligible. David Assouline avait réussi à inverser la donne jeudi 1er décembre lors d’un conseil fédéral du PS : sa liste avait devancé celle de Daniel Vaillant. Ou comment perdre sur les deux tableaux. S’il ne gagne pas ce soir, il ne restera plus qu’une seule solution à Daniel Vaillant : se présenter aux législatives de juin 2017 en tant que de dissident, ce qu’il n’excluait pas dans Marianne le 30 novembre. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus