Laurent Wauquiez justifie les mensonges de certains pro-Brexit durant la campagne

Publié à 08h21, le 27 juin 2016 , Modifié à 09h42, le 27 juin 2016

Laurent Wauquiez justifie les mensonges de certains pro-Brexit durant la campagne
Laurent Wauquiez © AFP

Les votants du Brexit ont eu la délicieuse surprise, vendredi 24 juin, quelques heures seulement après la promulgation des résultats du référendum au Royaume-Uni, de voir que certains arguments des tenants du "Leave" étaient tout simplement faux. Ce qui, pour Laurent Wauquiez, n'est pas forcément très grave.

Dans une interview accordée ce lundi 27 juin à Libération, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, favorable au "Brexit", explique que ces manipulations pré-électorales ne sont pas importantes. Car l'Europe avait besoin d'un "électrochoc".

Il dit :

"

En démocratie, le peuple a toujours raison. En démocratie, on ne bannit pas le peuple. On nous dit que les Britanniques ont mal voté. Que les in sont dans la vérité et les out, dans le mensonge. Ce seraient des imbéciles qu'il faudrait punir. Ce n'est pas le peuple qui est aveugle, ce sont les élites européennes qui ont été sourdes.

 

"

Laurent Wauquiez assure même qu'un tel référendum organisé dans tout autre pays de l'Union européenne aurait obtenu le même résultat. "Vous faîtes le même vote en France, vous avez le même résultat. Soyons sincères ! Il n'y a pas eu un seul référendum gagné par cette Europe depuis une vingtaine d'années. Si on continue à se voiler la face en refusant de le reconnaître, on achèvera de la tuer", ajoute-t-il. En revanche, il ne se prononce pas sur les mensonges évoqués par Libération

Vendredi, Nigel Farage, le président du parti indépendantiste Ukip, quelques heures après l'annonce des résultats, a admis qu'une des promesses de campagne des pro-Brexit était en fait irréalisable. Certains suggéraient ainsi de verser les 350 millions de livres données à l'UE chaque semaine au National Health Service, la Sécurité sociale britannique. Mais Nigel Farage a refusé, vendredi, de garantir ce transfert d'argent. "Non, je ne peux pas. Je ne ferais jamais cette promesse. C'était l'une des erreurs qu'a commises le camp du 'Leave'", a-t-il déclaré à la télé anglaise. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus