Copé propose ses services de "pianiste pas cher" pour un pot des parlementaires autour de Fillon

Publié à 15h40, le 29 novembre 2016 , Modifié à 15h45, le 29 novembre 2016

Copé propose ses services de "pianiste pas cher" pour un pot des parlementaires autour de Fillon
© JOEL SAGET / AFP

À quoi vont donc bien pouvoir servir les 0,3 % obtenus par Jean-François Copé au premier tour de la primaire de la droite ? N’ayant pas réussi à faire élire Alain Juppé, qu’il a soutenu après sa "cruelle" défaite, "JFC" se rend bien compte qu’il sera difficile pour lui de peser dans l’équipe de campagne de François Fillon. Pas du genre à se laisser abattre, celui qui a vécu déjà plusieurs traversées du désert sait qu’il faut trouver autre chose. Alors, le député-maire de Meaux dégaine son arme préférée depuis son retour médiatique début 2016 : l’autodérision.

Lors d’une réunion des députés LR autour de François Fillon ce mardi 29 novembre, Jean-François Copé a, une nouvelle fois, apporté son soutien au vainqueur de la primaire, après avoir salué dimanche sa "magnifique victoire", lui qui a "fait le plus petit score" du scrutin. Et là, alors qu’un élu émettait l'idée d’organiser un pot le mardi suivant à l’Assemblée nationale, "Jeff" a proposé ses services… de pianiste :

"

Si jamais vous cherchez un pianiste pas cher, je suis là !

"

Jean-François Copé n’hésite jamais à se produire en public dans sa ville de Meaux. Alors après tout, pourquoi priver les parlementaires de ce spectacle ? "Jeff" a d’ailleurs eu le temps d’étoffer son CV d’ambianceur pendant sa traversée du désert, entre 2014 et 2016. "C'est aussi une période où je confiais à mes amis mon entière disponibilité pour animer leurs cérémonies de mariage, communions et anniversaires, seul support que je m'autorisais pour glisser, entre deux compliments, ce que je pensais de la France…", racontait-il dans son bouquin Le Sursaut français (éd. Stock).

Dimanche soir, l’élu de Seine-et-Marne avait déjà offert sa disponibilité à François Fillon, se disant "prêt à tourner toutes les pages", en référence à la querelle qui avait opposé les deux hommes pour la présidence de l’UMP en 2012. L’ancien Premier ministre avait peut-être davantage pensé que Jean-François Copé aspirait à un ministère, voire un secrétariat d’État. Mais pour commencer, le député fait profil bas et propose modestement ses services de pianiste.





 

À LIRE SUR LE LAB :

Où l'on apprend que Jean-François Copé animait mariages, anniversaires et communions pour combler son silence médiatique

Jean-François Copé sur ses 0,3% à la primaire : "La politique, c'est parfois cruel"

Jean-François Copé salue la "magnifique victoire" de François Fillon, lui qui a "fait le plus petit score"

Du rab sur le Lab

PlusPlus