Cotisations sociales non payées par Raquel Garrido : des "informations inexactes", article le plus lu de la semaine

Publié à 19h08, le 08 octobre 2017 , Modifié à 19h08, le 08 octobre 2017

Cotisations sociales non payées par Raquel Garrido : des "informations inexactes", article le plus lu de la semaine
© Montage le Lab via AFP
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

#BESTOFHEBDO - Et voici venue l’heure, comme chaque week-end et chaque dimanche, de notre tant attendu Top Hebdo, le classement des articles les plus lus de la semaine sur le Lab.

Cette semaine, c'est les accusations contre l'avocate Raquel Garrido de cotisations impayées. L'Ordre des avocats et la caisse du barreau sont venus à sa rescousse pour dénoncer une "rumeur inexacte". Mais ce n’est pas tout…

#1 "Rumeur inexacte"

Quand il s'agit de Raquel Garrido, la polémique n'es jamais loin. Mardi 3 octobre, Le Canard Enchaîné indiquait que la très médiatique avocate insoumise Raquel Garrido n'avait pas payé ses cotisations sociales à la caisse de retraite des avocats depuis six ans, ni ses cotisations à l'Ordre des avocats depuis un an. Et c'est la caisse nationale des barreaux français qui est venue au secours de Raquel Garrido, mercredi 4 octobre, faisant une mise au point sur son site pour "faire cesser la rumeur inexacte" concernant ses cotisations sociales auprès de la caisse de retraite. Raquel Garrido a convenu d'un échéancier pour payer ses arriérés de cotisations auprès de l'Ordre des avocats. Conclusion : selon l'Ordre des avocats et la caisse du barreau, les informations du Canard sont donc erronées et Raquel Garrido en règle (ou bientôt en règle).

[A LIRE ICI]



#2 "Inacceptables"

Bonne ambi à La Courneuve. Au lendemain de l'attentat de Marseille dans lequel deux jeunes femmes ont été assassinées à coups de couteaux, Sonia Nour, collaboratrice à la mairie de La Courneuve, écrit ceci sur Facebook : "Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre, là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation, bla bla bla… Par contre, que le terrorisme patriarcal nous tue tous les deux jours, on l'entend moins votre grande gueule." Et autant dire que l'utilisation du mot "martyr" est très mal passé auprès du maire communiste de La Courneuve, Gilles Poux. Ce dernier "condamne sans nuance" des "propos inacceptables".

[A LIRE ICI]



#3 Headshot



Les députés de La France insoumise sont en croisade contre la présence du drapeau européen dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. C’est pourquoi ils ont déposé un amendement visant à modifier le règlement de la chambre basse pour que seuls les drapeaux français et de l’ONU puissent y flotter. Il n'en fallait pas plus pour que Benjamin Griveaux, secrétaire d’Etat auprès de Bruno Le Maire à Bercy et figure d’En Marche !, s'en prenne vertement au le leader des insoumis, tweetant : "Le drapeau européen dérangeait moins Jean-Luc Mélenchon quand il figurait sur sa fiche de paie de député européen".

[A LIRE ICI]



#4 Foutez-le à la retraite





Quand L'Est Républicain révèle que la responsable de La République en marche dans le département du Doubs Alexandra Cordier est, également, attachée de presse de la mairie socialiste de Besançon, ça ne lui a pas plu du tout. Du coup, Alexandra Cordier s'est publiquement demandé, sur Twitter, quand L'Est Républicain comptait mettre l'auteur de l'article la visant à la retraite. Elle a écrit : "Se demande quand L'Est Républicain mettra en retraite Jean-Pierre Tenoux". Comme quoi, le "nouveau monde" conserve quelques réflexes de l'ancien, notamment lorsqu'il s'agit de s'en prendre à un journaliste qui aurait commis un article peu avenant à son égard.

[A LIRE ICI]



#5 Infamie

Zoé Desbureaux est la suppléante du député de La France insoumise, François Ruffin. Mardi, elle a exprimé son "soutien total" à Sonia Nour, collaboratrice du maire PCF de La Courneuve, qui a qualifié sur Twitter l'auteur de l'attaque de Marseille de "martyr". Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin ont été contraints de se désolidariser de ces propos. Une occasion pour le chef de file des députés LFI d'attaquer Richard Ferrand. Jean-Luc Mélenchon parle de "manoeuvre" et lance : "L'interpellation offensante du président Ferrand ne saurait effacer l'infamie de son refus par son vote personnel de châtier Lafarge pour sa complicité avec Daech, ni son refus d'enquêter sur les liens du Qatar avec les groupes terroristes qui ont assassiné nos compatriotes."

[A LIRE ICI]

Du rab sur le Lab

PlusPlus