Crise à Alep : Cécile Duflot, Hervé Mariton et Patrick Mennucci se rendent en Syrie

Publié à 20h12, le 10 décembre 2016 , Modifié à 20h12, le 10 décembre 2016

Crise à Alep : Cécile Duflot, Hervé Mariton et Patrick Mennucci se rendent en Syrie
Patrick Mennucci, Cécile Duflot et Hervé Mariton © Montage via AFP
Image Sylvain Chazot


Cécile Duflot, élue EELV, Hervé Mariton, député Les Républicains et Patrick Mennucci, parlementaire PS, partiront dimanche 11 décembre pour la Syrie, annonce ce samedi FranceInfo:. Un voyage express de quelques heures seulement avec le maire d'Alep-Est, Brita Hagi Hasan, qui après plusieurs jours en France retourne en Syrie. L'objectif est simple : alerter sur la situation dans le pays et notamment dans la ville martyre d'Alep. Le maire EELV du 2e arrondissement de Paris, Jacques Boutault, sera également du voyage. 

Sur Twitter, Hervé Mariton a publié un communiqué dans lequel il explique sa démarche. "Le premier objectif est humanitaire, écrit le député de la Drôme. La bataille d'Alep a été, et continue à être, l'une des plus grandes tragédies de notre temps. Des milliers de civils innocents ont été massacrés par des frappes aériennes aveugles. Certains sont encore utilisés comme des boucliers humains par des milices djihadistes (voir ici). Nous ne pouvons détourner le regard et ignorer ces souffrances.".

Il ajoute :

Le second objectif est politique. Je souhaite mieux comprendre la situation politique sur place, même si je suis conscient des risques de manipulation et de désinformation. […] Penser que la restauration de Bachar El Assad et de son régime, appuyé par la Russie, l'Iran et les milices chiites, permettra de restaurer l'ordre en Syrie me semble être une profonde erreur d'analyse. On n'efface pas plus de 300.000 morts de la sorte.

Interrogée par FranceInfo:, Patrick Mennucci veut porter un message, "celui de l'arrêt des massacres". "J'en ai assez de ne rien pouvoir faire et du fatalisme. On n'est pas sûrs de comment cela va se passer, mais il vaut mieux essayer que de ne rien faire", ajoute-t-il. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus