"Croyez-le ou pas", mais Jean-Louis Borloo est "à mille lieux" des calculs politiques

Publié à 08h31, le 17 mars 2017 , Modifié à 08h37, le 17 mars 2017

"Croyez-le ou pas", mais Jean-Louis Borloo est "à mille lieux" des calculs politiques
Jean-Louis Borloo s'occupant strictement de ses affaires et rien d'autre © THOMAS SAMSON / AFP
Image Etienne Baldit


Lui-même en convient : vous n'êtes pas obligés de le croire. Mais Jean-Louis Borloo le jure : non, non, non et non, il ne profite pas des déboires de François Fillon ou de la candidature d'Emmanuel Macron pour tenter son come-back politique. L'ancien président de l'UDI, à qui l'on prête des interventions auprès d'Alain Juppé et de Nicolas Sarkozy au plus fort de la crise interne à LR, ou encore un rapprochement avec le leader d'En Marche !, assure qu'il ne s'occupe que de sa fondation Énergies pour l'Afrique et de l'électrification de ce continent. 

Auprès du Figaro vendredi 17 mars, l'ex-ministre de l'Écologie du quinquennat Nicolas Sarkozy dément tout d'abord avoir récemment dîné avec Emmanuel Macron, avec force ironie :



Tout cela est ridicule. Si j'en crois ce que le lis ou j'entends, je suis de tous les dîners à la fois, je vois tout le monde, tout le temps. Et à Paris de surcroît, alors que je n'y suis passé que quelques jours ces dernières semaines. 

Il balaie ensuite les rumeurs selon lesquelles il aurait été très actif dans les tractations en coulisses au moment où François Fillon aurait pu se retirer au profit d'Alain Juppé, début mars. "Je n'ai eu personne au téléphone, je n'ai vu personne", assure-t-il... avant de se démentir lui-même :

J'ai juste passé un ou deux coups de fil parce qu'il me paraissait normal qu'un ancien chef de l'État et deux anciens Premiers ministres avec qui j'ai travaillé en bonne intelligence se retrouvent et se parlent pour de vrai pour examiner ensemble la situation dans laquelle nous sommes.

Une rencontre Sarkozy-Fillon-Juppé qui n'aura finalement jamais lieu. 

Quant à l'hypothèse de sa propre candidature en remplacement de celle du vainqueur de la primaire de la droite, qui a beaucoup fait jaser, Jean-Louis Borloo tente de calmer tout le monde :

Croyez-moi ou pas, je suis à mille lieux de tout cela.

À vous de juger.

Du rab sur le Lab

PlusPlus