Dans son livre, NKM oute à demi-mot des élus de "la droite décomplexée" anti-mariage gay

Publié à 18h26, le 09 mars 2016 , Modifié à 19h10, le 09 mars 2016

Dans son livre, NKM oute à demi-mot des élus de "la droite décomplexée" anti-mariage gay
Nathalie Kosciusko-Morizet © PIERRE ANDRIEU / AFP
Image Sylvain Chazot


SOUS-ENTENDU - "Je suis une tueuse, tout le monde est un tueur en politique. Certains savent comment tirer, d'autres non. Certains le font de face, la plupart dans le dos. Je le fais de face." Ainsi parlait Nathalie Kosciusko-Morizet, en 2013, à NBC News. Les ennemis de la néo-candidate à la primaire de la droite se rappelleront peut-être de ses mots. 

Dans son livre Nous avons changé de monde (éd. Albin Michel), celle qui entend "porter une conception différente du pouvoir" balance sans préavis contre les hypocrites de son parti. "La dénonciation de la pensée unique est la nouvelle pensée unique", écrit-elle dans son ouvrage, dont L'Express publie ce mercredi 10 mars des extraits. "L'ironie, c'est que ceux qui se prêtent au jeu ne sont pas forcément les moins complexés", ajoute-t-elle en moquant ceux qui "déplorent le parisianisme" depuis "les appartements parisiens dont ils sont propriétaires".

Puis vient l'attaque en règle :

Et quand ils s'écartent vraiment de la voie majoritaire, notamment dans leur vie personnelle, c'est l'omerta. Voilà un sujet sur lequel la droite décomplexée s'assume bien difficilement. On pourrait en sourire, et même trouver amusant d'avoir vu manifester dans les rangs de la Manif pour tous autant de faux dévots. Mais, personnellement, je trouve détestable qu'on prétende imposer à d'autres une norme sociale, et plus encore quand on ne se l'applique pas.

Tout est dans la nuance, le sous-entendu. Mais l'intention de NKM semble claire : outer, sans toutefois les nommer, des élus "la droite décomplexée" ; expliquer, en résumé, que la frange dure de la droite compte dans ses rangs des hypocrites. "J'ai parfois le sentiment que la droite décomplexée voudrait simplement soigner ses complexes sur le dos de la France. Qui n'est pas un divan de psychanalyste, faut-il le rappeler ?", ajoute l'ancienne n°2 de Les Républicains pour enfoncer le clou.

La démarche de Nathalie Kosciusko-Morizet est violente. Elle est également des plus troublantes. Et ce à plus d'un point.

D'une part, il est probablement inédit qu'une responsable politique suggère à demi-mot que des membres de son parti sont gays, alors qu'eux-mêmes le taisent. L'élue LR le fait, en toute conscience, par écrit, dans un livre dont elle est l'auteure. En outre, la candidate à la primaire se pose en adversaire de l'hypocrisie mais ne va pas au bout de sa démarche. Dénoncer la fausseté de certains membres de la droite, homosexuels mais opposés au mariage pour tous, sans nommer les concernés, peut également relever de l'hypocrisie. Pas du tout, explique un de ses proches au Lab. "L'idée qu'elle défend, c'est qu'il faut lutter contre le double-langage en politique. Mais elle ne tape sur personne, ce n'est pas l'objectif", explique-t-on avant de rappeler l'engagement de NKM lors du débat sur la mariage pour tous.

La députée de L'Essonne avait été une des rares, à l'UMP, à défendre le mariage entre personnes de même sexe. Mais, opposée à la PMA et à la GPA, elle s'était abstenue lors du vote à l'Assemblée. Une "abstention militante et engagée", selon ses mots...

Du rab sur le Lab

PlusPlus