Dans son numéro "contre-enquête" sur l'affaire Fillon, "Valeurs Actuelles" propose un dîner-débat avec François Fillon

Publié à 17h50, le 15 février 2017 , Modifié à 22h08, le 15 février 2017

Dans son numéro "contre-enquête" sur l'affaire Fillon, "Valeurs Actuelles" propose un dîner-débat avec François Fillon
© DR
Image Sylvain Chazot


François Fillon est en guerre contre "le tribunal médiatique" qui, selon lui, a décidé de lui faire la peau avant l'élection présidentielle à coup de révélations et autres articles sur l'emploi présumé fictif de son épouse Penelope comme assistante parlementaire.

Au milieu de "tribunal médiatique", un hebdomadaire résiste pourtant et prend une nouvelle fois la défense du candidat LR : cette semaine, Valeurs Actuelles publie ainsi une "contre-enquête" sur l'affaire  Fillon et dénonce, en une, un "complot" fomenté contre l'ancien Premier ministre.





Le numéro de Valeurs Actuelles prend la défense de François Fillon. "Un grand sentiment de ras-le-bol envahit la France des oubliés, des invisibles et des patriotes, celle de Valeurs Actuelles", écrit le directeur de l'hebdomadaire Yves de Kerdrel en guise d'introduction avant donc l'enquête. 

Et puis, comme l'a remarqué Les Inrocks, que trouve-t-on un peu plus loin ? Une publicité pour un dîner-débat organisé par le magazine avec… François Fillon, le 16 mars. Prix du dîner de 2h30 avec le candidat LR à la présidentielle ? 135 euros

Ces dîners-débats sont un classique. Durant la primaire de la droite, l’hebdomadaire en avait organisé avec Nicolas Sarkozy ou encore Bruno Le Maire. Notons juste que celui avec François Fillon tombe plutôt bien. 




L'enquête en elle-même n'essaye pas de disculper François Fillon et son épouse Penelope Fillon mais tente d'établir d'où proviennent les informations données au Canard Enchaîné. Valeurs Actuelles, sans avancer de faits établis, estime ainsi que le secrétaire-général de l'Elysée Jean-Pierre Jouyet, avec lequel François Fillon est brouillé depuis le fameux épisode du déjeuner, aurait pu avoir accès aux documents ayant lancé l'affaire.

Valeurs écrit également que Jean-Pierre Jouyet a fait nommer conseillère juridique de François Hollande Ariane Amson, auparavant magistrat au parquet national financier. Le magazine ajoute en outre que, d'après des sources, le secrétaire général de l'Elysée semble "content de lui ces derniers jours, masquant à peine sa satisfaction quant aux déboires" de François Fillon et qu'il est proche d'Emmanuel Macron...

Début février, déjà, Yves de Kerdrel s'interrogeait, dans un éditorial, sur "le lien entre la montée en puissance du candidat Macron – toujours dépourvu de programme – et cette affaire qui embarrasse la droite".

Sur les six derniers numéros du magazine, quatre unes ont été consacrées à François Fillon. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus