D'après Eva Joly, François Bayrou pourrait devenir le meilleur ministre de la Justice de l'histoire

Publié à 12h12, le 05 juin 2017 , Modifié à 12h21, le 05 juin 2017

D'après Eva Joly, François Bayrou pourrait devenir le meilleur ministre de la Justice de l'histoire
François Bayrou et Eva Joly © Montage via AFP
Image Sylvain Chazot


FAN 2 – François Bayrou a présenté jeudi 1er juin les contours du projet de loi pour la confiance dans notre vie démocratique, premier texte ô combien symbolique du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Ce projet de loi, auparavant présenté comme un texte pour la moralisation de la vie politique, suscite de nombreux espoirs. Interrogée par franceinfo dimanche 4 juin, Eva Joly, ancienne juge d'instruction devenue dans une autre vie candidate EELV à l'élection présidentielle, ne cache ainsi pas sa joie. "Cela arrive tard et je me dis : enfin !", explique-t-elle avant de critiquer François Hollande pour "ne pas avoir réalisé ces réformes qu'il a pourtant promises".

Si l'ancien chef de l'État en prend pour son grade, un autre homme politique, en revanche, se voit plutôt bien traité par Eva Joly. Son nom va vous surprendre : il s'agit de François Bayrou. L'ancienne magistrat imagine même un grand destin à l'actuel ministre de la Justice. Elle dit :

Si la réforme aboutit, cela aura un impact énorme. François Bayrou pourrait rentrer dans l'histoire comme le meilleur garde des Sceaux que nous ayons jamais eu.

"Le meilleur garde des Sceaux". Rien de moins. Certains ne manqueront pas d'être déçus, et notamment les fans de Rachida Dati. Les inconditionnels de Christiane Taubira aussi. Quant aux adorateurs de Robert Badinter, ils sont à deux doigts de la dépression.

Peu importe. Deux choses sont importantes pour Eva Joly. "Pour la première fois depuis que je vis en France, on touche au cœur du problème. Le ministre de la Justice a annoncé une réforme constitutionnelle sur l'indépendance des magistrats du parquet, c'est très important", détaille-t-elle en premier lieu. L'ancienne candidate à la présidentielle 2012 voit également d'un très bon œil "le fait que ce soit les premiers textes du quinquennat d'Emmanuel Macron". Pour elle, le message est le bon, "prometteur sur l'envie de moraliser la vie publique".

Une nuance, tout de même. Eva Joly rappelle que rien n'a encore été voté. "Nous en sommes aux annonces, il faudra donc veiller de près à ce que seront devenus les textes définitivement adoptés", reconnaît-elle, n'oubliant pas que François Hollande avait également promis, en son temps, de faire adopter une loi semblable.

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB

> Les parlementaires devront désormais faire des notes de frais et n'auront plus de réserve parlementaire

Du rab sur le Lab

PlusPlus