Samia Ghali (PS) sceptique sur la déchéance de nationalité : "On a peut-être voulu faire plaisir au FN"

Publié à 19h00, le 17 novembre 2015 , Modifié à 13h56, le 19 novembre 2015

Samia Ghali (PS) sceptique sur la déchéance de nationalité : "On a peut-être voulu faire plaisir au FN"
Image Aurélie Marcireau


Au lendemain du Congrès de Versailles qui a réuni députés et sénateurs le 16 novembre, peu de dissonances au PS pour critiquer les mesures annoncées le président de la République. Une mesure laisse pourtant la sénatrice de Marseille, Samia Ghali, dubitative : la déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France (elle n'est possible aujourd'hui que pour les binationaux ayant acquis la nationalité depuis moins de dix ans).

L'élue estime, comme certains au Front de gauche, que menacer de déchoir de leur nationalité des individus prêts à mourir n'est que peu efficace et que, tant qu'à les juger, autant qu'il soient jugés et incarcérés en France. Elle estime que cette mesure, demandée par LR et le FN est une sorte de "cadeau" au FN. Interrogée mardi 17 novembre, sur Public Sénat, elle dit :

Je considère que ce n’est pas parce qu’on va enlever la nationalité à quelqu’un, qui à la limite s’en fout complètement, qu’on va combattre le terrorisme.

Au contraire, il faut montrer qu’on est capable de punir en France et de ne pas renvoyer vers un autre pays, qui peut-être ne fera pas ce qui est à faire et on ne saurait même pas où est cette personne qui sera capable de re-rentrer en France et sans être surveillée.

Je suis très sceptique. Après, ça fait peut-être plaisir au FN. On a peut-être voulu faire plaisir au FN, mais je ne suis pas pour autant convaincue que ce soit une vraie réponse en soi au problème de sécurité. 

Voir la vidéo : 




Du rab sur le Lab

PlusPlus