Déchéance de nationalité : Manuel Valls dénonce cette gauche qui "s’égare au nom de grandes valeurs"

Publié à 10h43, le 27 décembre 2015 , Modifié à 11h42, le 28 décembre 2015

Déchéance de nationalité : Manuel Valls dénonce cette gauche qui "s’égare au nom de grandes valeurs"
© AFP

Manuel Valls en a un tout petit marre de ces élus de gauche qui, depuis mercredi 23 décembre, critiquent la déchéance de nationalité des binationaux condamnés pour terrorisme prônée par le gouvernement.  "Près de 80% des députés PS sont contre", confiait le 23 décembre, cité par L'Obs, le député PS Bernard Roman. Alors le Premier ministre est peut-être quelqu'un de patient et de mesuré la plupart du temps, mais là, ça commence à bien faire.

Ce dimanche 27 décembre, dans le JDD, le chef du gouvernement s'emporte donc contre ceux qui fustigent cette mesure. Et prévient : ils ont beau crier, cela ne changera rien, la mesure sera appliquée. Point barre.

Manuel Valls lance :

"

Une partie de la gauche s’égare au nom de grandes valeurs en oubliant le contexte, notre état de guerre, et le discours du président devant le Congrès.

 

"

Voilà. En résumé, vu que la menace terroriste est quotidienne, selon le Premier ministre, cela justifie des mesures drastiques, y compris celles dont on sait qu'elles sont inutiles pour lutter contre les attentats. Y compris - aussi - celles qui vont à l'encontre de l’article 1 de la Constitution qui stipule que "assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine".

La phrase de Manuel Valls suscite en tout cas l'indignation d'une partie de la gauche, dont Cécile Duflot qui a expliqué, sur Twitter ce dimanche, que "les valeurs sont ce qui structure une civilisation".

La députée frondeuse Anne-Lise Dufour-Tonini a elle-aussi réagi, expliquant que les grandes valeurs la guident :

Peu importe pour Manuel Valls qui ne compte pas vraiment reculer sur le sujet. "La détermination est totale, nous irons jusqu'au bout, et que chacun à gauche en soit convaincu", jure Manuel Valls. Capisce ?

C'est que Manuel Valls lui-même s'est égaré "au nom de grandes valeurs". Aujourd'hui, il dénonce ceux qui critiquent la déchéance de nationalité. Avant, il expliquait que cette mesure n'est pas efficace pour lutter contre le terrorisme, rapportait mi-décembre France Info.

 

 

 

À LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> DOCUMENT LAB – L'argumentaire envoyé aux députés PS pour défendre la déchéance de nationalité

> Déchéance de nationalité : un député PS propose un référendum sur la révision constitutionnelle

> Comment Valls justifie l'extension de la déchéance de nationalité aux binationaux nés en France

> Déchéance de nationalité : l'aile gauche du PS appelle le parti à voter contre la réforme constitutionnelle

 

À LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Déchéance de nationalité : le coup de théâtre

> Maintien de la déchéance de nationalité : "une ligne rouge a été franchie"

Du rab sur le Lab

PlusPlus