Déchéance de nationalité : si Manuel Valls a écrit n'importe quoi sur Facebook, c'est à cause d'une note "totalement obsolète"

Publié à 19h55, le 05 janvier 2016 , Modifié à 19h59, le 05 janvier 2016

Déchéance de nationalité : si Manuel Valls a écrit n'importe quoi sur Facebook, c'est à cause d'une note "totalement obsolète"
Manuel Valls © PATRICK KOVARIK / AFP
Image Sylvain Chazot


On en sait désormais un peu plus sur ce fameux message posté sur Facebook par Manuel Valls aux dernières heures de 2015 et dans lequel il défendait la déchéance de nationalité pour les binationaux condamnés pour terrorisme. Fameux parce qu'en quelques lignes, le Premier ministre avait réussi à écrire n'importe quoi, notamment sur la situation en Allemagne.

Dans Le Canard Enchaîné de ce mercredi 6 janvier, un "collaborateur" de François Hollande explique que cette réforme toute symbolique a été "improvisé en moins de cinq jours, dont un week-end, par l'Élysée, Matignon et le secrétaire général du gouvernement, Marc Guillaume".

Une improvisation qui a donc conduit le Premier ministre à écrire de grosses contre-vérités. Le "collaborateur" ajoute :

Rendez-vous compte : le nombre de binationaux qui vivraient en France que nous a fourni Matignon était faux. Quant aux exemples étrangers, nous avons hérité d'une note juridique totalement obsolète. C'est d'ailleurs en se fondant sur une de ces notes que, la semaine dernière, Manuel Valls a publié un texte sur Facebook où il défendait la déchéance avec un argumentaire truffé d'erreurs qui lui a valu une volée de bois vert de nombreux juristes.

Lundi 28 décembre, attaqué depuis des jours par cette gauche "qui se perd au nom de grandes valeurs" et n'arrête pas de dire que la déchéance de nationalité est une mesure inspirée par l'extrême droite, Manuel Valls avait pris la plume. Et pas n'importe laquelle : celle au travers de laquelle il expliquait qu'il fallait arrêter de dire n'importe quoi sur le sujet.

Le Premier ministre expliquait notamment que… la binationalité n'existe pas en Allemagne. Ce qui est faux, comme l'avait fait remarquer, auprès de Libération, Daniel Cohn-Bendit, plutôt bien placé pour le savoir puisqu'il est franco-allemand.

Du coup, Manuel Valls, qui s'énervait d'entendre tout et n'importe quoi au sujet de la déchéance de nationalité avait décidé de supprimer ce passage erroné de son post Facebook. Mais, magie des internets, certains avait remarqué la correction… 

View post on imgur.com


Du rab sur le Lab

PlusPlus