Déchéance : pour Dati, "Hollande est mal conseillé" par Valls et Taubira

Publié à 11h52, le 04 janvier 2016 , Modifié à 12h05, le 04 janvier 2016

Déchéance : pour Dati, "Hollande est mal conseillé" par Valls et Taubira
Rachida Dati © Montage Le Lab via captures d'écran France Info

ÉMINENCE GRISE - Rachida Dati sait être sympa : ce lundi 4 janvier, elle donne quelques petits conseils à François Hollande. Car c'est justement ce qui, selon elle, manque au chef de l'État. Eh oui, ce n'est pas sa faute à lui si l'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution est une mauvaise idée. D'après l'ancienne ministre de la Justice, c'est tout la faute de Manuel Valls et Christiane Taubira.

Sur France Info, Rachida Dati explique être favorable à l'extension de la déchéance de nationalité aux binationaux nés en France, mais opposée à sa constitutionnalisation. L'eurodéputée LR juge la peine de déchéance de nationalité "tout à fait légitime quand on s'attaque à son pays". Mais "la question est : est-ce qu'on doit inscrire dans la Constitution [...] une peine que je considère assez discriminante [...] puisque elle s'adresse à des individus en fonction d'une origine, même très lointaine ?" Et d'ajouter : "Je crois que c'est sans précédent, puisque jamais une peine aussi lourde n'a été inscrite dans la Constitution. Même la peine de mort n'était pas inscrite dans la Constitution."

Et si on en est arrivés là, c'est donc selon elle du fait des mauvais conseils du Premier ministre et de l'absence de conseils de la ministre de la Justice. Rachida Dati explique :

"

Je pense que François Hollande a été mal conseillé. Je pense par Manuel Valls qui n'y connaît rien au droit [...] et mal conseillé ou non conseillé par sa garde des Sceaux [Christiane Taubira, ndlr]. Moi je considère que c'est aussi une fonction du garde des Sceaux d'expertiser les mesures et de faire des propositions en conséquence. Je n'ai pas entendu l'avis juridique, technique, en termes d'efficacité, en termes d'impact, de la garde des Sceaux et du ministère de la Justice [la ministre s'était tout de même personnellement opposée à cette mesure, allant jusqu'à annoncer (à tort) son abandon par l'exécutif, ndlr]. Donc ils ont été mal conseillés, on se retrouve avec une mesure qui n'aura aucune efficacité dans la Constitution.



[...] Erreur, mauvais conseil à François Hollande de la part de son Premier ministre, comme je viens de vous le dire, qui ne connaît rien au droit, et de la part de la garde des Sceaux dont c'est le rôle de faire une expertise.

"

Car selon elle, les condamnations pour actes de terrorisme qui justifieraient aujourd'hui cette extension de la déchéance ouvrent une voie dangeureuse. L'ancienne ministre de la Justice craint par exemple que dans le futur, la déchéance ne soit élargie pour les cas de "radicalisation" ou de "violences en réunion". Ce qui ne la choque pas forcément sur le principe en ce qui concerne la radicalisation, mais porte en soi un risque de division des Français, dit-elle. Et de plaider pour l'écriture d'une loi plutôt que pour le vote d'une réforme constitutionnelle :

 

"

Attention, ne mettons pas cette mesure dans la Constitution, faisons une loi pour cibler les individus, pour cibler le champ d'application, pour cibler les crimes en cause. Sinon, je vais vous dire : ça va être destructeur. Vous vous rappelez, il y a un an - nous allons commémorer les attentats de Charlie Hebdo - vous vous souvenez, quasiment le lendemain, beaucoup de Français n'étaient plus Charlie. Donc moi je pense que cette mesure inscrite dans la Constitution va diviser les Français. Faut qu'elle soit dans la loi parce qu'il faut de l'efficacité.

"




[BONUS TRACK] Facebook, seriously ?

Il y a autre chose qui choque Rachida Dati. C'est le post Facebook par lequel Manuel Valls a tenté, le 28 décembre, de démontrer que l'extension de la déchéance n'était pas une mesure d'extrême droite comme l'avancent certains à gauche.

L'ancienne ministre juge que cette forme de communication n'est pas à la hauteur :

 

"

La tribune de Manuel Valls qu'il a écrite sur Facebook, pour un Premier ministre, pour une mesure aussi grave, aussi importante... s'adresser aux Français sur Facebook, moi je trouve ça assez choquant vu la mesure.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus