Depuis les Etats-Unis, Benoît Hamon appelle à "une alliance internationale des progressistes"

Publié à 11h19, le 07 novembre 2017 , Modifié à 11h19, le 07 novembre 2017

Depuis les Etats-Unis, Benoît Hamon appelle à "une alliance internationale des progressistes"
Benoît Hamon. © AFP
Image Sébastien Tronche


Benoît Hamon est-il le Karl Marx des années 2010 ? Car le leader du mouvement du 1er juillet veut lancer son internationale à lui. En déplacement à Austin, aux Etats-Unis, pour débattre de l’avenir de l’Europe et de la gauche, notamment en présence du grec Yanis Varoufakis, l’ancien candidat du PS à l’élection présidentielle a lancé un appel à l’union des progressistes de tous les pays :

Ici, à Austin, j’appelle à une alliance internationale des progressistes, afin de nous soutenir les uns les autres dans nos luttes.

Un appel que l’on pourrait résumer ainsi : "progressistes de tous les pays, unissez-vous !" Une sorte de "Prolétaires de tous les pays, unissez-vous", qui clôt le manifeste du Parti communiste écrit par Karl Marx et Friedrich Engels.

Et Benoît Hamon d’insister :

En unissant les forces de progrès, nous offrirons une alternative crédible au néo-libéralisme, contre l'extrême-droite notamment.

Benoît Hamon, qui a quitté le Parti socialiste pour lancer son mouvement et qui assure que ce dernier sera "bientôt devant le PS", tente de peser dans le jeu à gauche en France, entre un PS atone et un Jean-Luc Mélenchon qui cale. "Je ne suis pas un gourou", expliquait au Monde l’ancien ministre de l’Education nationale sous François Hollande qui veut poser "des actes de résistance communs" avec La France insoumise. Et bien au-delà des frontières hexagonales.

Du rab sur le Lab

PlusPlus