Depuis son élection, la députée LREM Blandine Brocard a totalement disparu (politiquement)

Publié à 15h57, le 20 septembre 2017 , Modifié à 16h22, le 26 décembre 2017

Depuis son élection, la députée LREM Blandine Brocard a totalement disparu (politiquement)
Blandine Brocard, députée LREM. © Montage le Lab via JEFF PACHOUD / AFP

ALERTE ENLÈVEMENT - Depuis le deuxième tour des élections législatives, Blandine Brocard, députée LREM, élue dans la cinquième circonscription du Rhône, a disparu. Du moins politiquement. C'est ce que constate ses "marcheurs", orphelins de leur championne après la campagne électorale.

Dans le journal local Lyon Mag, l'un d'entre eux alerte :

 

"

Personne n'a vu Blandine [Brocard] depuis trois mois ; elle ne répond pas aux mails, elle n'a ni collaborateur ni permanence sur le terrain.

"

 

On a beau chercher, impossible de savoir ce que fait la députée de ses journées d'élue de la nation depuis le mois de juin. Sur le site nosdeputes.fr, son activité est sans appel : aucune question orale, aucune intervention et aucun amendement, ni en commission, ni dans l'hémicycle. Le site relève trois semaines d'activités, ce qui "fait partie des 150 députés les moins actifs".

Autre preuve de sa disparition : les réseaux sociaux. Sur Twitter, Blandine Brocard est toujours "candidate" et n'a pas tweeté depuis le 15 juin. Sur Facebook, depuis le 18 juin, elle a simplement mis à jour son profil, précisant qu'elle est "députée". Voilà.

Ces absences ont de quoi agacer ses électeurs et les militants qui ont fait sa campagne. Alors, sur Facebook, elle reçoit de nombreux messages lui demandant juste des nouvelles.

MIRACLE.

Le 18 septembre, elle répond enfin à un commentaire :

 

"

Bonjour, rassurez-vous, beaucoup de choses sont en préparation, et c'est sur ces choses là que nous travaillons avec mon équipe, quand l'agenda parlementaire nous en laisse le temps. Certains voudraient que nous fassions de la politique à leur manière, celle d'avant, ce n'est pas comme cela que je vois les choses, ce n'est pas pour cela que j'ai été élue. Je ne fais pas d'effets de manche, ce n'est pas mon "style", mais quand il faudra mordre, je mordrai, soyez en certain.

"

 



Reste à savoir ce que c'est la politique à sa manière. Pour l'instant, nul ne sait.

A la fin de sa campagne, Blandine Brocard avait posté ce message sur Facebook :

 

"

La campagne se termine. Cette page passe désormais en mode "silence républicain" afin de vous permettre de faire votre choix dans la sérénité.

"

 

Le "silence républicain", on connaissait pas, mais ça à l'air long.

[Edit 21 septembre] La députée s'explique

Face aux articles sur sa disparition politique, Blandine Brocard a tenu à faire une mise au point et "répondre en détail aux mesquineries" via un texte publié dans la nuit du 20 au 21 septembre sur Facebook. Tout d'abord, elle critique ses stats sur nosdeputes.fr car "ce site n'offre en réalité aucune statistique de présence des députés dans l'hémicycle", ajoutant :

 

"

Durant ces premiers mois, je me suis effectivement faite discrète pendant les débats, écoutant mais sans prendre la parole, comme d'ailleurs la plupart des députés de tous bords. Beaucoup ont parlé pour ne pas dire grand chose, davantage pour les caméras que pour le débat en lui-même, ce qui a souvent donné une piètre image de notre assemblée. Vociférer à tout va pour me faire remarquer par les médias, poser une question à tout prix pour faire monter les statistiques de mes interventions, telle n'est pas ma conception du travail de député.

"

Elle prévient qu'on l'entendra dans les prochains mois et que "ce ne sera pas pour brasser du vent". 

Ensuite, elle explique partager une collaboratrice avec un autre député et prendre son temps pour choisir le reste de son équipe. "Plutôt que de me précipiter dans le recrutement de tel ou tel collaborateur, j'ai préféré réfléchir et prendre le temps d'appréhender ma fonction pour bien comprendre les qualités et les compétences dont j'avais besoin pour m'accompagner", écrit-elle encore, prévenant qu'en ce qui concerne sa permanence, "cela ne va pas tarder". 

.

Du rab sur le Lab

PlusPlus