Des élus de droite dénoncent la nomination dans les instances du PS de Yacine Chaouat, condamné pour violences conjugales

Publié à 17h25, le 21 juin 2015 , Modifié à 21h02, le 21 juin 2015

Des élus de droite dénoncent la nomination dans les instances du PS de Yacine Chaouat, condamné pour violences conjugales
Capture d'écran du tweet d'Aurore Bergé dénonçant la nomination de Yacine Chaouat © Twitter

Jean-Christophe Cambadélis a annoncé, samedi 20 juin, les nominations de 78 secrétaires nationaux (et adjoints) du PS. Et parmi tous ces noms, il en est un qui a particulièrement retenu l'attention de certains élus de droite (ainsi que de féministes comme Caroline De Haas) : celui de Yacine Chaouat, nommé secrétaire national adjoint à l'intégration républicaine. Ce dimanche, plusieurs élus de Les Républicains s'indignent de cette nomination en rappelant qu'en 2011, Yacine Chaouat a été condamné à six mois de prison avec sursis pour violences conjugales.

À l'époque, ce dernier était adjoint au maire PS du XIXe arrondissement de Paris. L'affaire avait suscité une vive polémique localement, notamment entre les Verts et le PS. Yacine Chaouat avait finalement dû démissionner de son poste à la mairie.

[Edit 20h40 : selon Le Parisien, Yacine Chaouat a finalement démissionné de ce poste de secrétaire national adjoint dans la soirée. Voir en fin d'article]

Ce 21 juin, l'affaire refait donc surface. Parmi les premiers à s'être offusqués de cette nomination dans les instances du PS : Aurore Bergé, jeune élue Les Républicains des Yvelines.

Et d'interpeller, dans un second tweet, Pascale Boistard (secrétaire d'État aux Droits des femmes), Marie-Pierre de La Gontrie (vice-présidente de la région Ile-de-France et secrétaire nationale du PS chargée du pôle 'République, citoyenneté', au sein duquel a été nommé Yacine Chaouat), ainsi que Claude Roiron (secrétaire nationale du PS à la Parité et aux Droits des femmes) :

Valérie Debord, adjointe au maire de Nancy et secrétaire générale adjointe de Les Républicains, s'est elle aussi indignée, estimant que "le PS doit vite clarifier sa position sur les violences faites aux femmes : pas impunité, ni d'excuses chez ses élus" :

Agnès Evren, conseillère de Paris et porte-parole Valérie Pécresse, a également dénoncé cette nomination et fustigé le "silence assourdissant" de Pascale Boistard à ce sujet :

"L'intégration à coup de ceinturon ?", s'est pour sa part étonné Thierry Mariani, député des Français de l'étranger (Europe de l'Est, Asie, Pacifique) :

Valérie Boyer, députée des Bouches-du-Rhône, a quant à elle ironisé sur la "gauche Joey Starr", après la "gauche caviar" :

Du côté du FN aussi, certains ont joint leur voix à cette indignation, à l'instar de Sébastien Chenu, ancien membre de feu l'UMP et délégué du Rassemblement bleu marine :

[Edit 20h40]

D'après Le Parisien, Yacine Chaouat a finalement donné sa démission à Jean-Christophe Cambadélis dans la soirée. Non sans une certaine amertume. Dans une déclaration publiée par le site du quotidien, l'ancien élu affirme d'abord avoir "payé [sa] dette" après avoir "commis une erreur il y a six ans". Il se fait ensuite plus virulent et "constate que dans la France d'aujourd'hui on n'a pas droit à une deuxième chance quand on est musulman" :

 

A la suite de ma nomination en qualité de secrétaire national adjoint chargé de l’intégration républicaine, lors du Conseil National d’hier soir (samedi ndlr), et face aux attaques sur les réseaux sociaux dont je fais l’objet et qui rejaillissent sur tout le Parti socialiste, j’ai présenté ma démission de cette fonction. J’ai commis une erreur il y a 6 ans, et la justice est passée. Après avoir payé ma dette, je regrette que l’on veuille m’appliquer une double peine. C'est avec tristesse que je constate que dans la France d'aujourd'hui on n'a pas droit à une deuxième chance quand on est musulman.

Du rab sur le Lab

PlusPlus