Devant les maires, Nicolas Hulot se voit en ministre de la transition écologique et solidaire "et solitaire"

Publié à 13h27, le 21 novembre 2017 , Modifié à 16h48, le 21 novembre 2017

Devant les maires,  Nicolas Hulot se voit en ministre de la transition écologique et solidaire "et solitaire"
© capture d'écran public Sénat
Image Aurélie Marcireau


Décidément, Nicolas Hulot n’est pas un ministre heureux. Cette fonction s’apparente parfois à un pensum. Invité de l’AMF (Association des maires de France) pour plancher sur "les maires face aux enjeux climatiques", ce 21 novembre, il annonce vouloir rétablir la confiance avec les élus. Il insiste sur les "défis immenses" qu’ils ont à relever "ensemble" : "concilier l’inconciliable, le court terme et le long terme". Il leur confie :

Vous êtes, vous, évidement, sur le terrain et j’en ai bien conscience au carrefour de complexités, d’attentes et d’injonctions qui sont parfois contradictoires de nos concitoyens.Bah, je vais vous dire, simplement pour qu’on soit dans une relation de franchise, moi je suis au sein d’un ministère de la Transition écologique et solidaire. Parfois, j’ai même envie d’y associer et solitaire. Enfin, quand je suis parmi vous, je me sens un peu moins solitaire parce que je sais que notamment ce qui s’était passé avec le Grenelle de l’environnement, les déclinaisons du Grenelle, elles vous doivent, pour l’essentiel, leurs épanouissements.

Il se sent bien avec les maires, le ministre de la Transition écologique et solidaire. Il faut dire que souvent, comme dirait François Hollande, le monde n’est pas gentil avec Nicolas Hulot. D’abord, Ségolène Royal qui le saoule avec ses conseils. Et puis, c’est rude d’être ministre. Sinon, tout va bien pour lui.  

Un moment capté par Public Sénatà voir ici : 



Du rab sur le Lab

PlusPlus