Devant les Pyrénées, François Bayrou rêve d’un "centre réformiste unifié" pour 2016 (et 2017 ?)

Publié à 11h26, le 31 décembre 2015 , Modifié à 11h26, le 31 décembre 2015

Devant les Pyrénées, François Bayrou rêve d’un "centre réformiste unifié" pour 2016 (et 2017 ?)
François Bayrou devant "le magnifique paysage des Pyrénées" © Capture d'écran Dailymotion
Image Le Lab

Amandine Réaux pour

UNITÉ = ANNÉE RÉUSSIE - Comme pour chasser les mauvaises ondes de 2015, François Bayrou s’est placé devant "le magnifique paysage des Pyrénées" pour présenter ses vœux aux Français . En trois temps - comme l’an dernier - et en respirant l’air pur de la montagne.

Depuis son Béarn natal, il adresse son premier vœu au "peuple français" : "Je voudrais, je rêverais que notre peuple trouve enfin - enfin ! - son unité". Un message à l’attention des Français mais aussi *un petit peu* des politiques : "Il faut laisser derrière nous nos perpétuelles divisions - divisions entre courants politiques et à l'intérieur des courants politiques -, avoir le courage de bâtir notre avenir."

C’est un François Bayrou très en colère qui prononce le deuxième vœu, qui est, cette fois-ci, clairement adressé aux politiques "qu'ils soient au gouvernement, dans la majorité ou dans l'opposition".

La France a l'extrême faiblesse de penser toujours en théorie, de se battre pour des idéologies ou des étiquettes. Alors que la réponse, elle se trouve dans des réponses pratiques, concrètes. Penser en termes de réalité, c'est une autre manière d'envisager la vie politique.

Mais les choses sérieuses viennent ensuite. Celui qui sera le candidat du centre à la présidentielle si Alain Juppé perd la primaire, adresse enfin un troisième vœu à sa famille politique. Alors qu’elle "devrait être la proposition politique qui permette de rénover la vie politique française, elle ne l'a pas été et elle ne l'est pas, parce qu'elle est profondément divisée ou artificiellement divisée entre courants, entre chapelles". Il lui souhaite donc aussi de faire "un pas vers son unité" pour devenir un vrai pôle “centriste réformiste unifié”.

Message transmis aux responsables de l’UDI, alliés électoraux de Les Républicains malgré quelques remous ces derniers temps. Nicolas Sarkozy, qui n’a toujours pas fini de ruminer sa rancœur contre le maire de Pau, devrait apprécier cette tentative de débauchage de ses amis centristes. Et si ce grand centre réuni ne lui profite pas personnellement, peut-être pourra-t-il au moins représenter un allié pour Alain Juppé, qui sait ?

Voilà comment l’année 2016 peut être réussie selon le patron du MoDem. En tout cas, nous, on lui a déjà adressé nos vœux : qu’il ait une quatrième chance de devenir le premier homme de la présidentielle. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus