Durcissement des sanctions vis-à-vis des chômeurs : Emmanuel Macron assure qu’il vise "les cadres ou les salariés qualifiés"

Publié à 19h18, le 02 janvier 2018 , Modifié à 19h18, le 02 janvier 2018

Durcissement des sanctions vis-à-vis des chômeurs : Emmanuel Macron assure qu’il vise "les cadres ou les salariés qualifiés"
Emmanuel Macron. © LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Image Amandine Réaux


En 2018, Emmanuel Macron veut adoucir l’image de "Président des riches" que lui accolent ses détracteurs. Et cela a commencé dès ses voeux, le 31 décembre au soir : "Que sont ces succès si ce ne sont que ceux de quelques-uns?" a-t-il questionné, mettant en avant la nécessité d'un projet social et du partage de la réussite.

Il en va de même concernant le durcissement des sanctions vis-à-vis des chômeurs. Voici ce que le chef de l’État a confié à ses proches, selon Le Canard Enchaîné, à paraître le 3 janvier :

Cela touche en priorité les cadres. Ceux qui ont tendance à profiter du système ne sont pas les smicards ou ceux qui gagnent 800 euros par mois : ceux-là acceptent ce qu’on leur propose. Alors que les cadres ou les salariés qualifiés, qui ont plus de chances de retrouver rapidement du travail, refusent facilement ce qu’on leur propose. C’est donc eux que visent les dispositions que nous allons mettre en place.

Ce ne seraient ainsi pas les "smicards" que la mesure voulue par l’exécutif ciblerait, assure Emmanuel Macron.

Dans le cadre de la future réforme de l'assurance chômage, l'exécutif envisage en effet de durcir certaines sanctions vis-à-vis des chômeurs ne recherchant pas assez activement un emploi, selon une note interne révélée par le Palmipède dans son édition précédente.

Emmanuel Macron avait d’ailleurs assumé, face caméra, cheveux enneigés devant une pâtisserie de Bagnères-de-Bigorre, où il passait ses vacances. "Il faut s'assurer que chacune et chacun recherchent bien l'emploi qui peut être offert et que lorsqu'un emploi correspond à ses compétences, il le prenne. Je crois qu'il n'y a rien de choquant, c'est normal, c'est ce que font tous les pays qui nous entourent", avait-il réagi dans une interview à LCI, mercredi 27 décembre.

Du rab sur le Lab

PlusPlus