Dutreil compare Macron, qu’il soutient, à John Fitzgerald Kennedy (pour expliquer pourquoi il n’a pas encore de programme)

Publié à 16h34, le 03 octobre 2016 , Modifié à 16h34, le 03 octobre 2016

Dutreil compare Macron, qu’il soutient, à John Fitzgerald Kennedy (pour expliquer pourquoi il n’a pas encore de programme)
Emmanuel Macron et John Fitzgerald Kennedy. © Montage le Lab via AFP
Image Sébastien Tronche


Avec la percée rapide d’Emmanuel Macron tant dans le paysage politique que dans les sondages, la presse étrangère a commencé à comparer l’ancien ministre de l’Economie à… John Fitzgerald Kennedy. Une comparaison aussitôt raillée par Julien Dray mais reprise à leur compte par des soutiens du présidentiable. Ou qui rêve de l’être.

Dans les colonnes du Monde ce lundi 3 octobre, Renaud Dutreil, ancien ministre de Jacques Chirac qui a lancé "la droite avec Macron", poursuit et valide cette comparaison entre l’ambitieux ex-conseiller de François Hollande et le célèbre président américain pour mieux justifier que celui qui vise l’Elysée en 2017 n’a pas encore de programme défini :



Kennedy a gagné sur la confiance, pas sur ses propositions. Le programme n'est pas le sujet, car les gens n'y croient plus. Le niveau d'égoïsme est très élevé, il y a une défiance vis-à-vis du système et des élites politiques. Si Emmanuel Macron arrive à gagner la confiance, une dynamique peut s'enclencher.

"Les partisans de Macron avouent néanmoins prendre l'élection présidentielle américaine de 1960 pour modèle", écrit encore le quotidien du soir dans ce papier intitulé "Emmanuel Macron, l'homme sans programme". Et de rappeler que cette année-là, l’inexpérimenté JFK avait battu Richard Nixon, pourtant déjà vice-président. Un signe, pour eux.

Du rab sur le Lab

PlusPlus