Édouard Philippe explique que "c'est compliqué de déplacer le Premier ministre et c'est cher"

Publié à 08h40, le 20 décembre 2017 , Modifié à 08h40, le 20 décembre 2017

Édouard Philippe explique que "c'est compliqué de déplacer le Premier ministre et c'est cher"
Edouard Philippe © AFP

Il assume. Invité de RTL ce mercredi 20 décembre, Édouard Philippe "assume complètement" le coût de son voyage retour de Nouvelle-Calédonie. Le 6 décembre dernier, Matignon a affrété un avion d'un loueur privé afin de permettre au Premier ministre de rentrer plus vite de sa visite en Nouvelle-Calédonie et d'éviter de terminer le voyage dans un avion de l'Etat jugé trop inconfortable. Coût de l'opération : 350.000 euros pour "un peu plus de cinquante personnes", ministres, conseillers et officier de sécurité. Et c'est donc tout cela que le chef du gouvernement assume.

L'une des raisons avancées est le départ, le matin du 6 décembre, d'Emmanuel Macron pour l'Algérie. Puis, très vite, Édouard Philippe précise que ce prix, bien qu'énorme, n'est pas anormal ni surprenant. Il raconte :

"

C'est compliqué de déplacer le Premier ministre et c'est cher. Je comprends parfaitement la surprise et peut-être même les interrogations.

 

"

Ce coût est lié à la personne même du Premier ministre. "Ce matin vous m'avez invité pour venir sur RTL. Si vous aviez invité Edouard Philippe, je serais venu en métro. Ça m'aurait coûté 1,90 euros, ou 2 euros si j'étais venu en bus. Ou éventuellement, j'aurais pris le taxi et j'aurais payé mon taxi", avance le chef du gouvernement, ajoutant :

 

"

Vous avez invité le Premier ministre – il se trouve que c'est moi – mais vous avez invité le Premier ministre. Et vous avez peut-être vu que quand je suis arrivé devant les studios de RTL, que je suis arrivé avec quatre véhicules, avec des motards, avec plus de quinze personnes, avec un médecin madame Martichoux, qui me suit en permanence, et un transmetteur de l'armée qui me suit en permanence, parce que c'est le régime qui est donné au Premier d'être systématiquement en capacité de réagir. Ça coûte redoutablement cher.

"

Et Edouard Philippe d'avancer que le coût total de son voyage est inférieur à celui de son "prédécesseur", "30% moins cher", avance le Premier ministre. Du coup, finalement, on fait des économies. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus