Édouard Philippe se félicite d’être mieux accueilli au congrès LREM qu’à LR jadis

Publié à 14h15, le 18 novembre 2017 , Modifié à 14h17, le 18 novembre 2017

Édouard Philippe se félicite d’être mieux accueilli au congrès LREM qu’à LR jadis
© AFP

C’est une incongruité du *nouveau monde* : le Premier ministre, officiellement "chef de la majorité", n’a pas de parti politique. Viré de Les Républicains avec ses collègues Macron-compatibles, Édouard Philippe était présent au congrès de La République en marche, ce samedi 18 novembre.

Et il n’a pas regretté d’avoir fait le déplacement à Chassieu, près de Lyon, où s’est déroulée l’élection sans AUCUNE surprise de Christophe Castaner, seul et unique candidat, comme délégué général. Devant les militants, Édouard Philippe s’est dit "heureux" et a remercié les marcheurs pour leur "accueil" et leur "soutien". Il n’a pas pu s’empêcher de dresser une comparaison avec les congrès de LR jadis, où les juppéistes n'étaient pas vraiment majoritaires :

"

Je suis d’autant plus heureux d’être avec vous qu'il m'est arrivé d'être moins bien accueilli dans des réunions de ce type. La vie est décidément étonnante. C’est avec chaleur que vous accueillez un Premier ministre qui n’est membre de votre mouvement, quand d’autres, avec froideur, font mine de prendre acte que je ne serai plus membre du leur.

"

Édouard Philippe se félicite donc de l’ouverture d’esprit des militants macronistes en s'en prenant sans le nommer à son ancien parti, quand Gérald Darmanin a pu pointer le "sectarisme" d’une partie des dirigeants de LR.

Le parti de la rue de Vaugirard a officiellement (et après moult tergiversations) cinq de ses membres ayant apporté leur soutien à Emmanuel Macron : Édouard Philippe, Gérald Darmanin, Sébastien Lecornu, Thierry Solère et Franck Riester. Certains pourraient créer leur propre parti "constructif". Le sixième, Bruno Le Maire, a quitté LR de son propre chef pour adhérer à LREM.

Du rab sur le Lab

PlusPlus