Emmanuel Macron a discrètement promulgué la loi d’habilitation pour les ordonnances, sans caméras

Publié à 10h35, le 16 septembre 2017 , Modifié à 10h37, le 16 septembre 2017

Emmanuel Macron a discrètement promulgué la loi d’habilitation pour les ordonnances, sans caméras
Emmanuel Macron. © AFP

Vendredi 15 septembre, Emmanuel Macron a joué son Donald Trump. Avec une communication léchée, comme à son habitude en matière de storytelling, le chef de l’Etat a mis en scène devant les caméras, dans son bureau à l'Elysée, sa signature des lois sur la moralisation de la vie publique en compagnie de Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, et de Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et chargé des relations avec le Parlement.

Un exercice de transparence ? Pas totalement. Car ce que vous n’avez pas vu, c’est que le jour même, Emmanuel Macron a également promulgué la "loi d’habilitation à prendre par ordonnances les mesures pour le renforcement du dialogue social", la fameuse et décriée loi d’habilitation permettant au gouvernement de réformer le code du travail par ordonnances publiée ce samedi 16 septembre au Journal officiel. Mais sans les caméras cette fois-ci, comme l’a noté l’ancien porte-parole du ministère de la Justice et ancien collaborateur écologiste à l’Assemblée, Pierre Januel. Et sans tweet non plus du compte du Président.

Est-ce à dire que le chef de l’Etat n’assume pas cette loi qui ligue contre lui une grande partie de la gauche, des socialistes aux insoumis en passant par plusieurs organisations syndicales ? Alors qu’une première journée de mobilisation a eu lieu le 12 septembre et que plusieurs autres journées de manifestations sont prévues, notamment les 21 et 23 septembre, Emmanuel Macron a préféré mettre en avant les lois sur la moralisation plutôt que celle-ci. La subtilité de la communication politique.

Du rab sur le Lab

PlusPlus