Emmanuel Macron et La République en marche veulent "refonder" le paysage politique en Europe

Publié à 06h56, le 13 septembre 2017 , Modifié à 06h56, le 13 septembre 2017

Emmanuel Macron et La République en marche veulent "refonder" le paysage politique en Europe
Emmanuel Macron. © AFP
Image Sébastien Tronche


SKY IS THE LIMIT - Jusqu’où s’arrêteront-ils sachant que le ciel est la limite ? Après avoir chamboulé le paysage politique français, Emmanuel Macron et son parti de la République en marche ont de plus grandes ambitions encore.

Après avoir bouleversé les traditionnels partis de gouvernement de droite (LR) comme de gauche (PS), LREM voit déjà plus loin que les prochaines élections sénatoriales du 24 septembre qui risquent de ne pas leur être favorable. Dans leur viseur, déjà : les élections européennes de mai 2019 alors que l’Europe est un point névralgique de la geste macronienne.

Dans les colonnes du Parisien de ce mercredi 13 septembre Pieyre-Alexandre Anglade, député LREM des Français de l’étranger consent que ces "élections constituent un enjeu capital pour le mandat du Président". Et de prévenir que la révolution du paysage politique français était un préalable à une recomposition du paysage politique en Europe (avant, pourquoi pas, de le faire à l'échelle du monde ?) :

Le Parlement européen est une institution où les parti extrêmes sont très forts et les groupes politiques traditionnels fracturés. Emmanuel Macron a refondé le paysage politique français, nous devons désormais le faire en Europe.

Un projet des plus ambitieux. Pour cela, si LREM obtient un certain nombre d’eurodéputés, il leur faudra constituer un groupe parlementaire à Strasbourg. "Ce groupe, quel que soit sa forme, sera le seul moyen de repenser et définir une nouvelle plateforme politique et la seule chance de mettre en œuvre les priorités européennes du chef de l’Etat et des autres partis qui nous sont proches", explique-t-on à LREM.

Ainsi, poursuit Le Parisien, "des députés En Marche commencent, quant à eux, un tour des capitales de l’Union européenne pour approcher des partis cousins susceptibles de constituer ce groupe". 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

Macron veut des listes transnationales aux élections européennes

Du rab sur le Lab

PlusPlus