Emmanuel Macron s'amuse en privé des attaques de François Hollande contre lui

Publié à 10h54, le 22 octobre 2017 , Modifié à 12h24, le 22 octobre 2017

Emmanuel Macron s'amuse en privé des attaques de François Hollande contre lui
Emmanuel Macron © Tobias SCHWARZ / AFP
Image Sylvain Chazot


Les deux Présidents, l'actuel et l'ex, sont en conflit ouvert. Dimanche 15 octobre, Emmanuel Macron a passé une bonne partie de son interview sur TF1 et LCI à critiquer l'action de son prédécesseur à l'Élysée. Ce que l'intéressé n'a clairement pas apprécié, faisant dire par ses proches à quel point il était outré.

Les exemples se multiplient, attaques d'un côté, attaques de l'autre. Dimanche, depuis Séoul, François Hollande a ainsi critiqué les réformes fiscales de son successeur. "La politique fiscale doit favoriser l'investissement, pas la rente", a-t-il lancé. De quoi énerver Emmanuel Macron, qui a jugé "indécent" le fait que son prédécesseur l'attaque depuis l'étranger, qui plus est lors d'une conférence rémunérée. Pas classe.

Puis le chef de l'État s'est ravisé. Cité par le JDD ce dimanche 22 octobre, Emmanuel Macron s'est interrogé devant sa garde rapprochée. Mais au fait, est-ce que mots de celui qu'il nomme désormais le "zigoto" sont si négatifs pour lui ? Il a dit :

Mais au fond, est-ce que ça nous fait du mal ?

Comprendre : incapable de se représenter à l'élection présidentielle, François Hollande a été tellement impopulaire que ses critiques pourraient, au fond, être un mal pour un bien. Une façon de voir le verre à moitié plein.

Emmanuel Macron n'est pas avare en matière de critiques envers François Hollande. Exemple vendredi 20 octobre : The Guardian publie un long papier signé par l'écrivain français Emmanuel Carrère (lien en anglais). L'auteur a suivi le chef de l'État une semaine durant en septembre, de son déplacement sur l'île de Saint-Martin dévastée par l'ouragan Irma à son voyage officiel en Grèce et son discours prononcé à la nuit tombante sur la colline de la Pnyx. Le romancier cite quelques confidences du président de la République et notamment celle-ci où Emmanuel Macron dit ne pas être fait "pour diriger par temps calme". "Mon prédécesseur l'était, mais moi je suis fait pour les tempêtes", a déclaré le chef de l'État. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus